C'est tout chaud !

Patience : un dilemme entre morale et désir

Le roman de John Coates a un passé un brin sulfureux : le thème, pensez-vous, avait de quoi choquer lors de sa parution en 1953 !  Il a donc été interdit… Dans ce court roman savoureux, l’on nous parle tout de même d’une épouse vertueuse tentée par les affres de la chair, d’une catholique qui envisage de divorcer (même si, en réalité, c’est plus complexe que ça) ! Patience a une vie bien réglée de femme au foyer. Avec l’aide de deux domestiques, elle prend soin de sa maison, de ses trois filles et de son mari Edward. Le soir, elle  se prête docilement au devoir conjugal, en songeant à sa liste de courses pour le lendemain car pendant l’acte, elle s’ennuie profondément.

Patience ne dit jamais non à son époux, même quand il lui impose des invités au dîner, elle est accommodante et ne pose jamais de questions sur son emploi du temps, même quand son frère lui fait part de ses forts soupçons quant à un adultère d’Edward. Mais un jour, la vie de Patience bascule : elle tombe amoureuse et se laisse séduire par le beau Philip. Subitement, c’est une révélation pour la jeune femme, qui découvre le plaisir sensuel (ce qu’elle appelle candidement le « Péché »). A partir de là, tout s’enchaîne : Patience fait une découverte sur son mariage qui pourrait tout changer. Vivra-t-elle son idylle avec Philip, ou restera-t-elle une épouse dévouée ?

patience-john-coates-L-QGTBG7

Toujours souriante, affectueuse et terriblement naïve, Patience fait un apprentissage express de la vie : grâce aux bons conseils de sa sœur et de son beau-frère, elle se libère peu à peu du carcan des conventions, et apprend à écouter ses propres désirs. La jeune femme se sent flouée : elle a l’impression que son mari a manqué à ses devoirs en ne l’éveillant pas au plaisir charnel. A cela s’ajoute l’adultère d’Edward. Mais ses nouvelles envies, et cette histoire d’amour, sont-elles compatibles avec sa foi ? Entre son frère franchement bigot et sa sœur plus libérée (une divorcée !), Patience se cherche, en plein dilemme entre morale catholique et désir sexuel. Jusque là satisfaite de son sort, elle découvre que le bonheur n’est pas juste une absence de contrariétés. Malgré sa naïveté enfantine, Patience est attachante : on suit avec plaisir son éveil à la vie, à l’amour. Elle apprend enfin à penser par elle-même, elle qui a toujours suivi la route que l’on (sa mère, son frère, son époux, et enfin, l’église) a tracé pour elle. C’est drôle, vif, et ce n’est jamais vulgaire. John Coates manie avec talent l’art du sous-entendu : son humour très british est parfois acide. Le personnage de Lionel, le frère de Patience, dont la bigoterie a fait fuir l’épouse, incarne tous les travers d’un catholicisme extrême : Lionel assène les sentences et juge son prochain avec sévérité. Patience s’en éloigne peu à peu, pour embrasser une vie plus libre.

Un récit qui se (re)découvre avec beaucoup de plaisir !

Patience, John Coates. Belfond Vintage, juin 2014. Traduit de l’anglais par Jacques Papy.

Par Emily Vaquié

A propos Emily Costecalde (642 Articles)
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.
Contact :Twitter

2 Commentaires le Patience : un dilemme entre morale et désir

  1. Comme toi, j’ai éprouvé bcp bcp de plaisir lors de cette lecture arrivée un peu par hasard dans ma BAL ! Patience m’a fait sourire à de nombreuses reprises !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*