C'est tout chaud !

L’Elite : dangereux rite de passage…

L'Elite, Joëlle Charbonneau

Depuis que le monde a été dévasté par la guerre, les survivants vivent au sein d’une communauté très codifiée, et sont répartis en colonies. Pour Cia, le grand jour est arrivé. Aujourd’hui, elle devient officiellement une adulte en recevant son diplôme de fin d’études. Elle saura ce que la communauté a prévu pour elle : une vie terne mais avec ses proches, au sein de sa colonie à réparer des tracteurs ou à travailler auprès de son père, ou une vie solitaire au sein de l’élite de la nation, si elle est sélectionnée pour le Test, et si elle le réussit.

Cela fait des années que personne de la colonie de Cia n’a été choisi pour le Test, une évaluation top-secrète qui permet aux heureux élus d’accéder à l’université et de devenir professeur, docteur ou encore magistrat, en somme les dirigeants de demain. Quand Cia découvre que cette année, quatre personnes sont sélectionnées pour le Test, et qu’elle en fait partie, elle rayonne de fierté, et sait que c’est une chance unique, même si pour cela, elle doit laisser derrière elle ses parents et ses quatre frères. La voilà bientôt partie pour la capitale… et un destin encore inconnu.

L'Elite, Joëlle Charbonneau

Il y a un peu de Divergent (l’importance du test, le monde ultra codifié, la personnalité de l’héroïne, et même la proximité du nom de son intérêt amoureux !) et de Hunger Games (des dirigeants tout-puissants, des adolescents mis dans une situation insoutenable, le danger permanent, la survie dans un territoire hostile) dans ce roman vraiment bien conçu, qui se dévore de A à Z. Tout d’abord perçu comme hautement prestigieux, et organisé par des autorités bienveillantes, le Test se révèle bientôt sanglant, sournois et inhumain. Cia se rend bien vite compte que si personne ne sait ce que deviennent ceux qui échouent au Test, c’est parce qu’ils sont tout bonnement éliminés. Pas de pitié pour ceux qui ne sont pas assez forts, assez rapides, assez ambitieux. Si les épreuves commencent gentiment, avec de bêtes examens écrits, les examens deviennent de plus en plus dangereux…

Un rythme efficace allié à une écriture qui l’est tout autant, un monde ébauché des plus prometteurs, et des personnages qui, s’ils ne sont pas vraiment originaux, sont plutôt sympathiques… L’Elite a bien des atouts. On déplorera cependant quelques longueurs lors de la quatrième épreuve, un passage du roman pourtant très intéressant, qui surfe sur les codes du genre (on songe notamment à Partials ou Hunger Games). Nous avons hâte de savoir ce qui attend Cia dans le deuxième volume, qui devrait paraître très bientôt !

L’Elite, Joëlle Charbonneau. Macadam, 2014. Traduit de l’anglais par Amélie Sarn.

Par Emily Vaquié

A propos Emily Costecalde (598 Articles)
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.
Contact :Twitter

1 Commentaire le L’Elite : dangereux rite de passage…

  1. J’ai lu cette trilogie en VO (je ne savais pas à l’époque qu’elle serait traduite) et l’auteur est vraiment très gentille, j’ai eu un beau coup de cœur pour ce rythme et cette héroïne mature ! 🙂 Je ne sais pas ce que cela donne en VF !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*