C'est tout chaud !

Séries TV : la famille au cœur de l’histoire

Les séries TV mettant en scène les membres d’une même famille sont nombreuses et connaissent souvent un franc succès. De La Petite Maison dans la Prairie à Modern Family, il n’y a que l’embarras du choix.  En voici donc deux, partageant quelques points communs, qui mériteraient un peu plus d’attention.

American Dreams ou Mes plus belles années 

Diffusée à la télé française lors de sa sortie en 2002-2003, cette série, qui ne compte malheureusement que trois saisons, retrace les tumultueuses 60’s à travers la vie quotidienne d’une famille catholique irlandaise de la middle-class de Philadelphie.

Les deux premiers épisodes sont marqués par l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy à Dallas le 21 novembre 1963 et par le deuil national qui s’en suivit. La série nous montre ainsi le profond impact que l’évènement eut sur le peuple américain. En venant s’ajouter à la crise des missiles, deux ans auparavant, la mort du président chéri de l’Amérique fit l’effet d’une bombe et mit définitivement fin à l’époque d’insouciance que connaissait le pays. La porte était désormais grande ouverte à toutes les révolutions.

Séries TV american dreams

Dans un tel contexte,  difficile de ne pas tomber sous le charme des Pryor, tiraillés entre les traditions et le vent de changement qui souffle sur leur pays. Le fils ainé Jerry (J.J dans la V.O.) passera de star de football locale à l’enfer du Vietnam  avant de  devenir précocement père de famille. La première fille, Meg, représente l’esprit de révolte de la décennie en dansant dans l’émission de télé musicale hebdomadaire de Dick Clark puis en devenant militante pour la paix. Patty, la troisième de la fratrie est une jeune surdouée vivant dans l’ombre de sa ravissante grande sœur tandis que Will, le petit dernier, atteint de la polio, rêve de ressembler à son héros, J.J. Les parents, Jack et Ellen, doivent eux aussi faire leur petite révolution ou plutôt, leur évolution.

De nombreuses oppositions :

Les années 60 ont eu leur lot de revendications et de confrontations, Mes Plus Belles Années le démontre parfaitement. La lutte des afro-américains pour les droits civiques y est représentée à travers le personnage de Nathan, neveu d’Henry l’employé de Jack Pryor dans son magasin de téléviseurs. Révolté et habité d’une profonde colère, le jeune homme n’aura cesse de s’attirer des ennuis avec la justice. Mais c’est surtout l’amitié entre Meg et Sam, le fils d’Henry, qui fait l’étalage des difficultés que rencontraient les noirs et les blancs souhaitant se côtoyer d’avantage.

Séries TV american dreams

Les idées pacifistes des militants pour le retrait des troupes du Vietnam sont également largement représentées dans les deux dernières saisons. Meg devra faire face à son père, patriote convaincu, qui ne peut concevoir que sa fille s’oppose à un conflit qu’il considère légitime et nécessaire. De plus, la présence de J.J au Vietnam rajoute une bonne dose de tension chez les Pryor.

Meg est à nouveau au cœur de l’intrigue lorsque, défiant Jack, elle devient danseuse officielle de l’émission musicale légendaire « Bandstand ». Cette facette de la série permet ainsi aux téléspectateurs de découvrir ou redécouvrir les grands classiques de la pop des années 60. La musique a  la part belle dans chaque épisode et de nombreuses « Guest Star » tiennent le rôle des plus grands de l’époque.

Il n’est jamais trop tard

… Pour se plonger dans un univers dont le dernier épisode a été diffusé il y a presque dix ans. Mes plus belles années est une série de grande qualité, mêlant Histoire, musique et pop culture à merveille dans une décennie toujours aussi fascinante.

Blue Bloods

Séries TV Blue Bloods

Diffusée depuis 2010, Blue Bloods a l’air, au premier abord, d’une simple ligne supplémentaire sur la longue liste des séries policières. Pourtant, en liant intrigues familiales et judiciaires, le scénario ne déçoit pas.

Point commun avec Mes plus belles années, Blue Bloods est centrée sur une famille irlando-américaine new-yorkaise dont tous les membres sont policiers ou avocats. De plus, l’acteur tenant le rôle de J.J. (Mes plus belles années) campe cette fois le personnage de Jamie, le dernier né de la famille Reagan. Les amateurs du genre retrouveront également Tom Selleck, incarnant le grand chef de la NYPD et le grand-père des Reagan. Ses quatre enfants ont tous choisi de suivre la voie que Henry, le père de Frank (le personnage joué par Tom Selleck), a ouverte en devenant policier puis, lui aussi, chef de la NYPD.

Danny est le fils aîné de Frank et de sa défunte femme. Détective à succès, il est pourtant souvent critiqué pour son impulsivité et ses méthodes pas très orthodoxes. Erin, la seule fille, est assistante du procureur. Brillante, elle défend les lois en lesquels elle croit dur comme fer. Joe, le troisième né des Reagan, est décédé un an avant le début de la série. Son meurtre, alors qu’il travaillait sur une affaire de corruption, fait d’ailleurs l’objet d’une grande partie de l’intrigue durant la première saison. Enfin, Jamie, le plus jeune fils de Frank, se voit diplômé de l’académie de police lors du tout premier épisode. Son parcours est différent de celui de ses frères, de son père et de son grand-père. Ayant réussi avec brio ses études de droit à Harvard, il était promis à une grande carrière, tout comme Erin. Cependant, le désir de se consacrer au maintien de la loi dans sa forme la plus brut, en tant que policier en patrouille dans les rues de Big Apple fut plus fort que tout.

Right and Wrong :Série TV Blue bloods

Qu’est-ce qui est juste et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Le monde est-il simplement manichéen ? Les lois sont-elles toujours légitimes ? Voici des questions soulevées dans Blue Bloods. De nombreux débats ont d’ailleurs lieu entre les personnages lors des diners du dimanche, auxquels les Reagan participent chaque semaine après la messe. Les réponses à ces questions ne sont pas toujours politiquement correctes et les avis sont rarement unilatéraux. Peut-on comprendre et accepter qu’un père au cœur brisé fasse justice lui-même ? Doit-on fermer les yeux sur des erreurs commises par des agents de police si elles mènent à l’arrestation d’un criminel ? Le téléspectateur est indirectement mis sur la sellette à travers de telles interrogations.

Mind games :

Série TV Blue bloods

Autre aspect intéressant de Blue Bloods, le rôle du Police Commissionner  (le chef de la police) est décrit en détail et le côté politique d’un poste si important est extrêmement intéressant. Frank Reagan doit peser chacun de ses mots face à la presse, analyser chacune de ses réactions sur les affaires délicates. Il doit veiller à la bonne tenue de la police new-yorkaise tout en soutenant et en protégeant ses agents des nombreuses critiques, parfois justifiées, dont ils sont la cible. Tom Selleck incarne, avec toute sa superbe, le père d’une famille comptant 30’000 membres. Frank Reagan doit également naviguer à travers les méandres de notre société hyper-informée où la technologie est une arme que chacun possède dans sa poche ou dans son sac à main. Encore une fois, la trame de la série soulève donc des questions très actuelles.

Malgré le côté un peu « God Bless America »…

Ne passez pas à côtés de la famille Reagan et invitez-vous sans gêne aux « Sunday Dinners » en entrant dans les passionnants débats qui vous seront proposés.

Par Audrey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*