C'est tout chaud !

La Mémoire des embruns, escale en Australie

Avec Les Escales, le lecteur est toujours assuré de voyager : et plus c’est loin, mieux c’est ! Avec La Mémoire des embruns, le lecteur fait ses valises pour l’Australie et se plonge dans la vie de la famille Mason, dont la matriarche, Mary, se sent sur le point de partir.

Mary est âgée, et malade. Elle a eu une longue vie, pas toujours des plus heureuses. Lorsqu’un homme surgit de son passé et lui remet une enveloppe contenant un lourd secret de famille, Mary a peur. Elle décide de quitter le continent australien pour s’installer dans un cottage sur l’île Bruny, où elle a vécu les plus belles années de sa vie. Autrefois, son époux était le gardien du phare local : la vie était parfois difficile, bercée par les embruns et la routine du phare mais elle en chérit le souvenir. Ces retrouvailles avec son passé sont un adieu au monde. Ses proches ne sont pas dupes : sa fille Jan voudrait en effet la placer en maison de retraite, et fait pression pour que Mary revienne sur le continent. Mais la vieille dame s’obstine… elle a des adieux à faire.

La Mémoire des embruns, Karen Viggers, les escales

C’est un roman à deux voix que nous offre Karen Viggers en donnant la parole à Mary, mais également à son benjamin, Tom le solitaire, profondément marqué par son voyage en Antarctique, qui lui a coûté son mariage. Le récit de Mary est résolument tourné vers le passé : dans le présent, ses forces déclinent, elle est mourante. Rongée par la culpabilité, la vieille femme garde le regard rivé sur cette fameuse enveloppe, celle qui pourrait tout détruire. Tom, de son côté, n’arrive pas à vivre pleinement sa vie. Ravagé par le deuil de son père et de son mariage, le quadragénaire ne sait pas vraiment ce qu’il veut, il passe le roman à se demander ce qu’il aimerait faire de sa vie. Son histoire est touchante, et permet à Karen Viggers d’écrire de très belles pages sur le pôle sud. Les paysages sont de fait à l’honneur dans ce roman : les côtes sauvages de l’île Bruny ou encore la glace scintillante de l’Antarctique sont admirablement rendues par Karen Viggers. La nature est indéniablement un des protagonistes majeurs du roman. Les passages sur la vie « au froid » sont particulièrement réussis : le lecteur découvre, étonné et ravi, à quoi ressemble la vie dans une base du pôle sud.

L’histoire de ces personnages solitaires qui sont passés à côté de leur vie est touchante. Le lecteur reconstitue peu à peu le puzzle, découvre ce que cache cette fameuse enveloppe maudite et passe par de nombreuses émotions : de l’agacement vis à vis de l’attitude de Jan, de la tristesse face à ce que vit Mary, de la colère vis à vis des agissements d’Emma, la jeune femme que rencontre Tom au cours du roman.

La Mémoire des embruns est un roman chargé d’émotion que nous vous conseillons de découvrir sans attendre !

La Mémoire des embruns, Karen Viggers. Les Escales, 2015. Traduit de l’anglais par Isabelle Chapman.

Par Emily Vaquié

A propos Emily Costecalde (588 Articles)
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.
Contact :Twitter

3 Commentaires le La Mémoire des embruns, escale en Australie

  1. C’est un roman d’un genre que je n’ai jamais lu et qui n’aurait certainement pas attiré mon attention dans les rayons d’un librairie ! Pourtant le résumé et la chronique que tu en fais a piqué ma curiosité, et je pense que cela pourrait me plaire…

  2. Livre attachant par sa sensibilité et par les descriptions de la nature de ces contrées pour moi lointaines.
    Elles font un cadre qui enveloppe d’une manière parfaite ces vies.
    Ce livre à trouvé chez moi un écho qui m ‘à fait oublier le temps qui fuit. Merci pour ces moments

  3. Raymond LLABRES // août 2, 2016 á 11:02 // Répondre

    Fabuleux. J’ai été transporté durant toute la lecture. Personnages attachants dans un décors inconnu pour moi, mais tellement bien décrit qu’on a envie d’aller s’en imprégner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*