C'est tout chaud !

Revival : un excellent King !

Revival, Stephen King, Albin Michel,

ROMAN FANTASTIQUE —La sortie d’un nouveau roman de Stephen King est toujours un événement. Année après année, le conteur du Maine continue à nous surprendre et force l’admiration. Avec Revival, il nous parle d’électricité, de religion, et d’addiction…

Un événement en apparence anodin va bouleverser l’enfance du petit Jamie Morton dans l’Amérique des années 60 : un nouveau révérend s’installe dans la petite ville de Harlow. Il est jeune, beau, charismatique et bienveillant. Son épouse est une véritable beauté, et ils ont un petit garçon charmant. Le révérend Charles Jacobs ne tarde pas à séduire toute la communauté, et particulièrement la famille Morton. Mais trois ans après son arrivée, une tragédie frappe le révérend, qui quitte la ville avec fracas.

Trente ans plus tard, Jamie est devenu guitariste rythmique et sillonne le pays aux côtés de groupes de rock divers et variés. Mais la vie de rock star n’est pas aussi idyllique qu’on le croit : Jamie est devenu une épave, rongé par la drogue. Jusqu’à ce qu’il croise de nouveau le chemin de Charles Jacobs… Charles Jacobs est en effet l’élément perturbateur de la vie de Jamie, surgissant toujours lorsque Jamie ne s’y attend pas et chamboulant son existence : comme le dit Jamie, « J’étais agenouillé là à joué avec eux, un jour d’automne 1962, quand une ombre était tombée sur moi. Cette ombre est toujours là. » (p. 431). Les deux hommes sont inexplicablement liés et ne cessent de se retrouver au fil des années… Tout a commencé en 1962…

Revival, Stephen King, Albin Michel,

S’il y a bien un exercice auquel Stephen King excelle, c’est décrire avec une nostalgie indéniable et beaucoup d’affection l’Amérique des années 60, à laquelle il rend vie avec beaucoup de naturel. Il parvient à rendre avec talent le quotidien d’une petite communauté du Maine dans les sixties : les Morton sont une joyeuse tribu que nous suivons avec grand plaisir, et leur entourage et le petit village d’Harlow semblent si réels au terme du livre, qu’on est triste de les quitter. Stephen King s’avère également très doué pour montrer le temps qui passe, et la nostalgie qui en résulte : Jamie grandit et vieillit sous nos yeux, et lorsqu’il réfléchit aux années passées une fois arrivé à l’âge mûr, le lecteur a bel et bien l’impression d’avoir vécu toutes ces années avec lui. De ce point de vue-là, Revival est un succès indéniable.

Mais ce n’est pas qu’un roman familial, voire picaresque dans lequel nous voyons évoluer Jamie Morton : c’est également un roman fantastique de haute volée qui a pris pour fil rouge le potentiel énorme de l’électricité. C’est l’électricité qui fascine Charles Jacobs et réunira les deux hommes plusieurs fois au cours de leur vie. Et c’est l’électricité qui introduit l’élément surnaturel du récit. Cette force permet en effet au révérend de faire d’étranges expérimentations scientifiques, dans le but, peut-être, de savoir ce qui se cache de l’autre côté du miroir… Vaste programme ! Chemin faisant, Stephen King écrit quelques scènes qui font froid dans le dos, et nous tient en haleine jusqu’à la toute fin. Et ladite fin se montre très satisfaisante, alors que l’on sait que c’est généralement le point faible de King…

Hommage indéniable aux romans de Lovecraft, Revival réunit tout ce qui nous plait chez Stephen King : une description inimitable de l’Amérique des années 60, un fantastique soigneusement distillé avec parfois une pointe d’horreur, et un personnage charismatique et complexe, Charles Jacobs, qui révèle ses différentes facettes au fil du roman… Un excellent King !

Revival, Stephen King. Albin Michel, 2015. Traduit de l’anglais par Océane Bies et Nadine Gassie.

Vous aimerez Revival si vous avez aimé 22/11/63 !

A propos Emily Costecalde (599 Articles)
<p>Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.</p>
Contact :Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*