C'est tout chaud !

La Mélodie du passé : entre Europe et Argentine…

Hans Meyer Zu Düttingdorf

ROMAN CONTEMPORAIN — Christina vient de perdre sa mère des suites d’un cancer. La jeune journaliste de Berlin est dévastée, elle n’avait que sa mère pour famille et se débarrasser de toutes ses affaires qui ont marqué sa vie, de l’appartement où elle a grandi est un crève-cœur. Christina découvre, bien cachée derrière un buffet, une photo en noir et blanc, qui semblerait dater des années 30 et signée par un certain “E”. Rentrée dans son propre appartement, où elle vit avec son mari, elle tourne et retourne la seule chose qu’elle a emportée avec elle : la photographie. Christina sait que sa mère a été abandonnée à la naissance dans un couvent, après la seconde guerre mondiale mais elle ne comprend pas pourquoi sa mère a conservé un souvenir aussi ancien qui représente un joueur de bandonéon.

Sa douleur, le besoin de faire vivre encore un peu celle qu’elle a aimée par dessus tout, son instinct de journaliste, peu importe, quelque chose de fort la pousse à commencer des recherches. Celles-ci la conduiront jusqu’en Argentine.

Parallèlement, l’auteur nous fait faire un bond dans le temps pour rencontrer Emma. Emma est allemande également mais bien loin des préoccupations de Christina, il faut dire que près d’un siècle les sépare. Emma vient d’épouser Juan, fils d’une riche famille argentine. Elle fait la traversée avec lui pour rejoindre l’Amérique du Sud. Si ce jeune homme, bien qu’un peu plus âgé qu’elle, lui avait paru charmant, elle va vite déchanter et sa belle-mère ne fera qu’empirer la situation. Heureusement Emma est forte et amoureuse… mais plus de son mari. C’est l’amour pour son fils et cet amour qu’elle tient secret qui lui donneront le courage de quitter son mari violent, alcoolique et nazi, après le crash de 1929. Elle aidera même des amis juifs et d’autres inconnus à fuir les groupuscules de son pays.

L’auteur commence par attirer l’attention du lecteur avec le personnage de Christina qui va apparaître de façon de plus en plus sporadique. C’est avec Emma qu’il va réellement captiver ce lecteur. Dans un premier temps, il met tout en oeuvre pour nous faire succomber à la bonté, la solidité de son héroïne à une époque où la femme n’avait encore aucune liberté mais surtout parce que, comme elle, il nous fait faire un très long voyage, un périple même, sur des terres arides, parfois dangereuses mais toujours charmeuses. C’est dans les yeux d’Emma qu’une Argentine flamboyante se reflète et dans son cœur que le dépaysement s’amorce. Si l’Europe est synonyme de grisaille pendant cet entre deux guerres, l’Argentine, en mettant de côté un instant la misère, reste un pays de couleur, de chaleur, de grandes étendues, de fêtes.

Dans un second temps, c’est lorsqu’Emma commence à subir les remontrances de son mari, qu’elle se pense ruinée mais surtout qu’elle va s’engager pour défendre les opprimés qu’elle nous séduit une seconde fois.

L’histoire d’amour n’occupe pas le premier plan de ce roman mais elle est importante pour plusieurs destins et finalement, c’est en enquêtrice que Christina devient attachante.

La Mélodie du passé, Hans Meyer Zu Düttingdorf. Les Escales, juin 2015. Traduit de l’allemand par Rose Labourie.

Par Bérangère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*