C'est tout chaud !

Black Sands, Unité 731 : GIs et zombies dans la jungle.

BD — Après un diplôme à l’École Nationale de Bande Dessinée d’Angoulême, Tiburce Oger débute l’histoire de Gorn, qui paraît en 1992 chez Vents d’Ouest. Le public adhère immédiatement à son style. Ses albums connaissent un engouement jamais démenti ; il vient de publier, chez Rue de Sèvres, un album où fantastique et Histoire flirtent allègrement : Black Sands : unité 731.

Pacifique, 1943. La guerre fait rage entre Etats-Unis et Japon. Quelques soldats américains rescapés d’un affrontement en mer échouent sur une petite île. Or, la situation gagne encore en horreur lorsqu’ils sont attaqués par des créatures sanguinaires, tenant plus du zombie que des soldats japonais acharnés. Le caporal Joseph Grégovitkz se retrouve bientôt seul au monde. Et ses ennuis sont loin d’être terminés : il découvre assez vite que l’île abrite un laboratoire militaire japonais qui étudie divers virus et… utilise des humains comme cobayes.

La bande-dessinée est aussi efficace que rythmée : impossible de s’ennuyer en suivant le caporal dans ses tribulations horrifiques. D’autant que l’intrigue connaît plusieurs évolutions : notre soldat est tour à tour entouré d’autres soldats, seul, de nouveau entouré, recueilli, enlevé, torturé… La jungle grouillant de zombies – et assimilés – l’ensemble du récit flirte avec les codes de l’horreur et du gore. Et les férus d’Histoire y trouveront également leur compte, l’Unité 731 étant resté de triste mémoire : elle était chargée de concevoir des virus pouvant servir d’armes bactériologiques, testés sur des cobayes humains. L’équilibre entre Histoire et intrigue horrifique est ici parfaitement maintenu et ce jusqu’à la dernière page, qui enfonce joyeusement le clou !

Le trait de Mathieu Contis, dont c’est le premier album, donne vie à cette jungle fort inhospitalière et traduit l’ambiance délétère qui y règne : les décors sont soignées et la palette de couleurs très sombres adaptée à l’ambiance suffocante ; on regrettera cependant que la différence entre soldats japonais et américains soit si peu marquée et entraîne quelques confusions sur les belligérants en présence.

Black Sands : Unité 731 devrait donc plaire tant aux amateurs de bandes-dessinées historiques qu’aux amateurs de récits d’horreur. Tiburce Oger et Mathieu Contis signent une bande-dessinée prenante et soignée !

Black Sands : Unité 731, Tiburce Oger & Mathieu Contis. Rue de Sèvres, mars 2016.

A propos Oihana (428 Articles)
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*