C'est tout chaud !

Flying Witch : sorcellerie et étourderies !

Flying Witch, Chihiro Ishizuka, Nobi Nobi

MANGA JEUNESSE Nobi nobi est un éditeur spécialisé dans les productions japonaises : albums, beaux-livres, mangas constituent son catalogue. Ces derniers sont particulièrement adressés à la jeunesse – mais peuvent également être lus par les adultes ! C’est le cas de Flying Witch, écrit et dessiné par Chihiro Ishizuka.

L’histoire suit la jeune Makoto, une jeune fille naïve et maladroite, qui quitte la région de Tokyo pour se rendre au nord-est du Japon, où elle habitera chez ses cousins Kei et Chinatsu. Là, elle découvre les petits plaisirs d’une vie proche de la nature, où l’on n’est pas stressé par la grande ville et où l’on prend son temps. Ceci étant dit, la vie à la campagne n’est pas de tout repos et Makoto va avoir fort à faire. Car, petit détail non négligeable : Makoto est une jeune sorcière en formation. Et son étourderie n’est pas ce qui lui facilite le plus la vie !

Flying Witch, Chihiro Ishizuka, Nobi Nobi

L’histoire de Makoto est assez prenante, en raison de son ambiance : il y a un décalage assez drôle entre son identité de sorcière et la vie qu’elle mène. Pour certains, l’existence des sorcières semble parfaitement normale alors que, pour d’autres, c’est la grande découverte. Et même parmi les gens qui sont au courant, l’étendue des pouvoirs sorciers peut surprendre ! Celle-ci, d’ailleurs, n’est pas au centre de l’histoire. L’accent est plutôt mis sur la vie d’adolescente de Makoto. Malgré ses pouvoirs magiques, celle-ci est totalement dépourvue de sens de l’orientation – mais, en revanche, dotée d’une solide étourderie. Cette double compétence lui assure nombre de mésaventures aussi drôles qu’originales, ce qui la rend d’autant plus attachante. Dans ces scènes de vie quotidienne, la magie refait, de temps en temps, surface, comme on le voit avec l’arrivée de la sœur aînée ou celle du livreur de printemps. Autant de scènes qui sont l’occasion de creuser un peu plus l’univers dans lequel évolue Makoto.

Le mélange des genres est particulièrement efficace ; on pourrait seulement regretter le fait que le dessin soit parfois un peu lisse, laissant des cases pleines de vides – mais, heureusement, rien d’insurmontable, car l’ambiance est là pour rattraper le tout.

Voilà le début d’une série qui donne bien envie d’en savoir plus !

Flying Witch, Chihiro Ishizuka. Nobi nobi, 2017. Traduit du japonais par Aurélien Estanger.

A propos Oihana (409 Articles)
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

2 Commentaires le Flying Witch : sorcellerie et étourderies !

  1. Génial !!
    J’avais déjà lu une chronique avec un avis très positif sur ce manga, mais là c’est sûr, je vais le lire, ta chronique me met des étoiles plein les yeux !
    Merci merci merci !!!!
    :3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*