C'est tout chaud !

Geronimo : grandeur et décadence d’un chef apache

Geronimo, Matz & Jef, Rue de Sèvres

BANDE-DESSINEE HISTORIQUE — Du duo Matz et Jef, nous vous avions présenté, l’an passé, la très belle bande-dessinée Corps et âme, qui mettait en scène une quête d’identité et une sombre quête de vengeance. Ce motif revient d’ailleurs dans leur dernière collaboration : une biographie dessinée de Geronimo, le chef indien.

1850, Nord du Mexique. Les Apaches souffrent, sur leurs terres, d’un énième massacre. Un campement est attaqué par les soldats mexicains, qui massacrent tout le monde, y compris la femme, les trois enfants et la mère d’un jeune homme médecine réputé pour son savoir et ses prémonitions : à l’époque, on l’appelle Goyahkla, « celui qui bâille ». Fou de rage, assoiffé de vengeance, Goyahkla parvient à réunir les différentes tribus apaches pour venger les leurs. Cochese, Juh, Mangas Coloradas, les grands chefs Apaches, le suivent. Le premier combat, épique, va donner à Goyahkla son nom suivant : puisque les Mexicains s’échappent en invoquant Saint-Jérôme, notre chef Apache deviendra Geronimo.
Mais l’arrivée des Blancs va, encore une fois, tout bouleverser. L’ennemi est encore plus nombreux et plus dangereux mais ça, la coalition des chefs ne le sait pas encore. La lutte est désespérée et va mener les Apaches jusqu’à la limite de leurs forces.

Geronimo, Matz & Jef, Rue de Sèvres

Le récit met donc en scène les guerres menées par les Mexicains, puis par les colons américains, contre les tribus Apaches. Au fil des chapitres, on assiste, impuissant, à l’escalade de violence – venue d’un camp comme de l’autre ! – et aux terribles affrontements qui opposent les belligérants. On suit pas à pas l’évolution de cette guerre terrible, des affrontements contre les Mexicains à la déportation finale des tribus indiennes, en passant par les alliances, trahisons et autres péripéties mettant en scène l’armée américaine.

Côté dessins, l’univers est saturé de gris, bleus, ocres, qui magnifient les terres apaches, mais font planer sur l’histoire une ambiance lourde et saturée de violence. Les traits de Jef sont très anguleux (parfois un peu trop), les visages souvent grimaçants, et le tout traduit l’extrême tension qui agite les personnages.

À eux deux, Matz et Jef dressent le portrait de l’homme qui souhaitait vivre et mourir sur ses terres apaches mais dont le destin a été bouleversé par un itinéraire de violence extrême. La bande-dessinée est sombre, sanglante, empreinte de violence mais offre un bon aperçu de l’époque troublée qu’a été la conquête américaine.

Geronimo, Matz & Jef. Rue de Sèvres, mars 2017.

A propos Oihana (428 Articles)
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

2 Commentaires le Geronimo : grandeur et décadence d’un chef apache

  1. Tiens, je ne l’ai pas encore lue, celle-ci ! Il faut dire qu’elles sont parties comme un rien, au boulot… Je note !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*