C'est tout chaud !

La Guerre des fleurs : Berlin avant l’Apocalypse

La Guerre des Fleurs, Jane Thynne, JC Lattès

ROMAN HISTORIQUE — Après Les Roses noires et Le Jardin d’hiver, Jane Thynne offre un troisième excellent volet aux aventures de son actrice et espionne anglo-allemande, Clara Vine. Et cette fois, nous sommes à Berlin, en 1938, dans une situation de plus en plus tendue…

Août 1938. Dans le cadre d’un tournage, Clara Vine est en tournage à Paris, ville qui ressent plus que jamais les tensions liées à la guerre imminente. Clara, elle aussi, est sous tension. Elle sait qu’elle est dans le collimateur de Joseph Goebbels, le ministre de la Propagande, de plus en plus soupçonneux à son égard. Inquiétude doublée par la purge qui semble être en cours parmi les actrices proches du ministre et de sa famille, celui-ci n’étant plus vraiment en odeur de sainteté.
Là-dessus, Clara est approchée par Guy Hamilton, un agent anglais infiltré, qui lui confie une mission de la plus haute importance : se lier d’amitié avec Eva Braün, en apprendre plus sur les plans du Führer et transmettre aux services secrets britanniques tout ce qu’elle pourra apprendre sur elle. Une expérience qui ne sera pas sans danger mais dont Clara sait qu’elle est absolument vitale…

Dans le premier tome, on découvrait Berlin sous les yeux ébahis de Clara, qui menait une vie, certes modeste, mais pleine de sensualité, de découvertes incroyables et sous le feu des projecteurs du cinéma. Là, cinq ans ont passé et Berlin tient plus de la souricière que de la grande capitale européenne pleine de promesses. Clara est sous tension en permanence, suivie par des agents de la Gestapo (semble-t-il) et se trouve à deux doigts d’avoir peur de son ombre. De plus, elle n’est pas au bout de ses peines : outre ses problèmes avec les autorités, voilà qu’elle s’inquiète pour Erich. Celui-ci s’est entiché d’une jeune femme croisée sur le Wilhelm Gustloff, au cours d’une croisière. Une jeune femme qui s’est mystérieusement volatilisée et qu’il soupçonne d’être morte – pendant que, semble-t-il, tout le monde s’en moque. Comme la jeune femme aimait le cinéma, Erich demande à Clara de se renseigner, ce qui met sa marraine dans l’embarras : poser des questions, sous le IIIe Reich, a fortiori des questions gênantes, n’est pas une activité des plus recommandées.

La Guerre des Fleurs, Jane Thynne, JC Lattès

En raison de sa mission, Clara va se rapprocher d’Eva Braün et donc, par extension, d’Hitler lui-même – quoique celui-ci intervienne assez peu dans l’histoire. Ce qui est intéressant, c’est que Jane Thynne parvient à nous faire entrer dans l’intimité d’Eva Braün – à l’époque un des secrets d’état les mieux gardés. Cachée dans des appartements, interdite d’écrire un journal intime, raillée pour ses passions (le cinéma, la création de parfums, etc.), la jeune femme a une vie plus que morose (alors qu’elle ne rêve que de se marier avec « Wolf », comme elle l’appelle). Parallèlement, le récit met en avant la situation internationale : collusions des patrons d’Hollywood et d’une partie des gens des métiers d’art (comme Coco Chanel) avec le parti, hésitation grandissante des chefs d’états-major adverses, aveuglement forcenés des ministres divers et variés (tel Chamberlain revenant avec les accords de Munich signés, l’esprit tranquille).

Chamberlain brandissant les Accords de Munich

Tout cela vient marquer une forte opposition avec la situation de plus en plus dramatique en Allemagne : les Juifs sont traqués, dépossédés, expulsés mais ils ne sont pas les seules cibles. Les personnes handicapées, moins biens intégrées que d’autres ou simplement trop curieuses sont elles aussi les cibles des attentions des nazis.

De fait, le roman nous place dans une situation de grande tension : l’espionnage de Clara se fait de plus en plus ténu, mais l’on étouffe sous la pression qu’elle ressent en permanence – et le lecteur est dans le même état. Difficile, du coup, de s’arrêter entre deux chapitres, tant on a envie d’y croire – et bien qu’on connaisse d’avance la tragique issue des événements.
De plus, la fin du roman offre un rebondissement à la fois surprenant et particulièrement alléchant qui augure du meilleur pour la suite, si suite il devait y avoir !

Clara Vine, tome 3, La Guerre des Fleurs, Jane Thynne. JC Lattès, 22 février 2017. Traduit de l’anglais par Sophie Bastide-Foltz.

A propos Oihana (409 Articles)
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*