C'est tout chaud !

Tunnel : enfin un film catastrophe avec une touche d’humour !

CINÉMA — Un homme est sur le chemin pour retrouver sa famille lorsque le tunnel mal construit dans lequel il conduit l’ensevelit, le laissant piégé au volant de sa voiture. Jung-soo, un vendeur de voiture ordinaire, se retrouve seul sans rien autour de lui, sans rien pour l’aider, à l’exception des 78% de sa batterie de téléphone, deux petites bouteilles d’eau, et le gâteau d’anniversaire de sa fille. Pendant qu’une opération de sauvetage d’envergure nationale se met en place pour le secourir, les médias, les politiques ainsi que la population suivent, scrutent et commentent avec attention l’histoire d’un homme qui va tenter de survivre avec les maigres moyens dont il dispose.

En évitant les écueils habituels, Tunnel rejette les conventions du film catastrophe. Contrairement aux films du genre qui jouent souvent sur une accumulation de désastres plus impressionnants les uns que les autres, le scénario suit une direction unique. Jung-soo, un salarié sud-coréen banal, est en route pour son domicile après une longue journée de travail, rapportant le gâteau d’anniversaire de sa fille lorsqu’il se retrouve emprisonné sous un tunnel. Jung-soo n’a aucun moyen de se dégager par lui-même. Il ne peut que suivre les instructions de l’équipe de secours et attendre. Sa mission la plus difficile est celle de survivre, ne pas désespérer et ne pas perdre espoir en attendant d’être secouru.

Tunnel, Kim Seong-hun

Le film dépeint simultanément les deux situations, à l’intérieur et à l’extérieur du tunnel, et la distance qui sépare Jung-soo du monde extérieur. Après l’échec cuisant de l’équipe de secours, les actions de secours sont mises à l’arrêt, et les gens deviennent soudainement individualistes. Alors que Jung-soo attend patiemment tant bien que mal l’arrivée des sauveteurs, à l’extérieur la fatigue et le désespoir commencent à se faire sentir en l’absence du moindre progrès. Un conflit se fait peu à peu sentir autour de l’équipe de secours et des moyens mis en œuvre pour venir en aide à cet homme. La vie d’un homme probablement déjà mort est-elle plus importante que les frais engendrés pour le retrouver ? Le chantier du second tunnel voisin du premier est à l’arrêt, ce qui coûte cher à la société d’exploitation mais jusqu’à quand ? Écho de notre société, le film Tunnel rappelle à chacun la valeur de la vie humaine et offre une réflexion sur la réalité impitoyable de notre ère.

Le réalisateur coréen Kim Seong-hun se déplace efficacement entre la surface et le tunnel qui s’est effondré, permettant le maintien d’un suspense qui convient parfaitement à l’intimité du film. Pour un film catastrophe, Tunnel compte quelques scènes spectaculaires, avec les effondrements du tunnel, mais le film fonctionne bien précisément parce qu’il reste concentré sur un type ordinaire essayant de survivre à une situation impossible. Le nombre de personnes mobilisées au niveau des secours, des médias et des politiques ajoute de la substance au film, et une critique acerbe de la durée d’attention du public à un événement tragique, mais Kim arrive à insérer ces éléments sans chercher à galvaniser les spectateurs autour d’une justice sociale.

Il nous raconte une bonne histoire, avec juste assez de profondeur et d’humour pour tenir pendant les 2 heures du film. Les acteurs Ha Jeong‑woo et Oh Dal‑su en chef de secours font un bon combo parfait, le charme de l’ancien bien assorti avec le courage humble et honnête du premier.

En salles le 3 mai 2017.

A propos Kévin Costecalde (131 Articles)
Passionné par la photographie et les médias, Kévin est chef de projet communication. En 2012, il a lancé le blog La Minute de Com, une excellente occasion selon lui d'étudier les réseaux sociaux et l'actualité. Curieux et touche-à-tout, Kévin aime les challenges, les voyages et l'ironie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check out cafe-powell.com setTimeout (ga(‘send’, ‘event’, ‘eventCategory’, ‘eventAction’), millisecondes);