C'est tout chaud !

Spider-Man Homecoming : un retour spectaculaire pour l’homme araignée !

Spider-Man Homecoming

CINÉMA — Pour certains fans, il va sans dire que Spider-Man Homecoming n’est pas seulement un film qui décrit ce qui se passe dans la vie du jeune Peter Parker (incarné par Tom Holland). C’est également un film de super héros qui appartient au même univers cinématographique que ses camarades de chez Marvel Comics, les Avengers.

Spider-Man Homecoming nous offre enfin la vision du jeune héros que les fans ont attendu. Il se démarque du reste des adaptations, y compris celle remarquable de Tobey Maguire dirigé par Sam Raimi dans le premier film de l’homme araignée, simplement parce qu’elle introduit une dynamique qui manquait aux franchises Spider-Man jusqu’à présent. Non seulement il combine les épreuves et les tribulations de la vie de notre acolyte, avec les dangers d’être un super-héros, mais il offre également à Spider-Man un champ d’action beaucoup plus large en jouant avec l’univers des Avengers présent tout au long du film.

Le film débute dans le passé, peu de temps après la bataille de New York à laquelle on assiste dans le film Avengers. Il ne reste que des décombres de la bataille entre nos héros et les envahisseurs extraterrestres de Chitauri que Loki a amenés sur la planète. Il y a des ennemis technologiquement avancés morts partout, y compris le cadavre démesuré du géant Léviathan que Hulk et Thor ont abattu en plein milieu de la gare Grand Central de New York. C’est là que nous rencontrons notre méchant. Adrian Toomes (joué par Michael Keaton) est un entrepreneur qui a obtenu un gros contrat avec la ville pour nettoyer tous les dégâts causés par cette bataille dévastatrice. Ingénieur à ses heures, il a bien compris que le meilleur moyen de démanteler ses nombreux déchets étrangers était d’utiliser leurs propres outils et armes. Mais Adrian est sur le point de se faire reprendre le contrat par une société plus importante et surtout accréditée en tant qu’organe sanctionné par le gouvernement appelé « The Department of Damage Control », supervisé par Tony Stark (toujours incarné par Robert Downey Jr. ) et dirigé par l’actrice Tyne Daly. Cet organisme a été missionné pour tout récupérer sans exception. Tony Stark, en reprenant le chantier de cet entrepreneur, menace les moyens de subsistance de sa famille et le mène directement à la ruine. Tony Stark vient de se créer un nouvel ennemi.

Toujours dans le passé, nous voyons exactement ce qu’il s’est passé le jour ou il a recruté Peter Parker dans son appartement du Queens, ainsi que son arrivée à l’aéroport de Berlin dans le film Captain America Civil War. C’est une séquence hilarante de la vidéo faite avec son téléphone en « mode selfie » où nous voyons vraiment le côté ado de Peter Parker, son excitation à peine contenue alors qu’il voyage à Berlin, obtient un nouveau costume de Spider-Man, ne parvenant pas à échapper à la surveillance de son entraîneur et chaperon Happy Hogan (Jon Favreau). Il ne peut pas résister à la vidéo de lui-même lors de cette grande bagarre de l’aéroport qu’il visionne en boucle.

Cette séquence d’ouverture annonce un film plein d’humour et de clins d’œil, nous menant au début du film, avec Tony Stark raccompagnant Peter Parker à la maison, avec son nouveau costume made in Stark. Maintenant que Peter a goûté à ce niveau d’action de super-héros, il est avide d’action, et attend avec impatience sa prochaine mission dans l’espoir de prouver à Stark qu’il peut rejoindre les Avengers. C’est la force motrice de Peter Parker tout au long du film, et c’est également le catalyseur d’une nouvelle sorte d’origine pour notre ado.

Marvel Studios semble avoir hâte de s’assurer que toutes les parties familières de l’histoire des origines de Spider-Man soient terminées. Il n’y a pas de flashback sur la morsure de l’araignée qui lui a donné ses pouvoirs ou alors quand son Oncle Ben est mort. Mais cela ne signifie pas que nous ne voyons pas les origines de Spider-Man. C’est un ado de tout juste 15 ans avec des supers pouvoirs qui vient de goûter à ce que ressent un super-héros grandissant aux côtés d’Iron Man, de Captain America et des autres.

Spider-Man Homecoming

Spider-Man Homecoming se démarque des deux franchises précédentes, avec le plus jeune Peter Parker que nous ayons jamais vu dans un film. Il est adolescent avec tous les problèmes que cela entraîne, avec des luttes supplémentaires pour cacher son identité secrète à sa tante May (Marisa Tomei), à ses amis Ned (Jacob Batalon) et Michelle (Zendaya) et à sa copine de lycée Liz (Laura Harrier). Il y a beaucoup de pression à être un ado, et cela ne l’aide pas vraiment à prouver à Tony Stark qu’il a sa place chez les vengeurs.
Prouver sa valeur en tant que super-héros devient beaucoup plus difficile quand Adrian Toomes émerge en tant que chef d’une organisation criminelle vendant des armes hybrides équipées de technologie alien aux criminels. Les armes en question sont dangereuses et représentent une nouvelle menace pour New York, mais ni Happy Hogan ni Tony Stark semblent prendre cette menace au sérieux. Même après avoir entendu parler d’un Toomes impressionnant dans son armure de vautour, Stark semble ignorer la menace.

Tony Stark bien connu pour sa personnalité exubérante reste en retrait et essaye tant bien que mal de ne pas volé la vedette à Peter Parker. Il fait de son mieux pour laisser Spider-Man se former par lui-même. C’est cette dynamique qui rend Spider-Man Homecoming intéressant, car Stark donne à Parker l’occasion de se prouver lui-même.

Tom Holland est fantastique à son tour en tant que nouveau Spider-Man. Nous avons pu gouter à quelques minutes d’action dans Captain America Civil War, mais chez Homecoming, nous voyons toute la gamme de ses capacités. il fait un excellent travail en nous donnant un Peter Parker timide, sympathique et discret, mais également un Spider-Man exceptionnel. Tom Holland arrive à se transformer en un gars qui a confiance en lui quand il enfile son costume, mais qui n’est pas trop sûr de lui-même face aux criminels qu’il doit appréander. Super héros est un métier qui ne s’apprend pas dans les livres.

Spider-Man Homecoming nous offre également un méchant satisfaisant, quelque chose qui manquait dans la plupart de ses films. Michael Keaton apporte une férocité subtile à Adrian Toomes, un homme qui n’est pas motivé par la vengeance, mais simplement par le dévouement de subvenir convenablement à sa famille.

L’action dans ce film est également phénoménale. Les acrobaties de Spider-Man n’ont jamais été aussi impressionnantes, et la façon dont la caméra le suit à travers la ville et en prise de vue de face apporte une belle dynamique à l’écran. La musique du film de Michael Giacchino fonctionne également étonnamment bien et accompagne plutôt bien l’action à l’écran. Ce qui est intéressant, c’est que le réalisateur Jon Watts garde Spider-Man très proche du sol.

On peut penser que Spider-Man serait parfaitement à l’aise au moment d’escalader le Monument de Washington lorsqu’il doit jouer les héros à Washington DC, mais c’est à ce moment que l’on se rend compte qu’il ne se balade pas autour des buildings comme on a eu l’habitude de voir. Il n’est encore qu’un super-héros junior.

Spider-Man Homecoming est un redémarrage de franchise réalisé avec brio, grâce à une performance extraordinaire de Tom Holland et quelques surprises propre à l’univers Marvel mais également une scène post générique qui vaut le coup d’être patient.

En salles le 12 juillet 2017.

A propos Kévin Costecalde (130 Articles)
Passionné par la photographie et les médias, Kévin est chef de projet communication. En 2012, il a lancé le blog La Minute de Com, une excellente occasion selon lui d'étudier les réseaux sociaux et l'actualité. Curieux et touche-à-tout, Kévin aime les challenges, les voyages et l'ironie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*