C'est tout chaud !

Mary : simple, efficace, à découvrir à la rentrée !

CINÉMA — Basé sur un scénario original signé Tom Flynn, le film Mary commence par nous présenter Frank (joué par Chris Evans) et sa jeune nièce, Mary (incarnée par Grace Mckenna). Alors que Frank est un homme qui apprécie les choses simples et vit de son boulot de réparateur de moteurs de bateaux en Floride, Mary a quelque chose de très spécial, un don bien particulier. C’est après le suicide de sa soeur génie des mathématiques que Frank Adler a accepté d’élever sa jeune nièce et pour la protéger au mieux, il décide de l’élever dans un environnement le plus normal. Cependant, lorsque les talents incroyables de sa nièce sont révélés et la catégorisent comme un enfant prodige, la mère surprotectrice de Frank, Evelyn (Lindsay Duncan) entre dans leur vie et une bataille de garde s’ensuit. Mary est une jeune fille extrêmement intelligente, et si elle aime vivre avec son oncle dévoué, le véritable enjeu est de savoir ce qui est mieux pour elle.

Bien qu’il soit un homme intelligent lui-même, qui pourrait l’aider, Frank se rend rapidement compte que Mary a besoin de plus qu’il ne peut fournir en jouant le prof à domicile et même si sa voisine et amie, Roberta (joué par Octavia Spencer), proteste fortement, il prend la décision de l’inscrire à école publique. Comme vous pouvez l’imaginer, la professeure de Mary, Bonnie (Jenny Slate), ne met pas longtemps pour se rendre compte que la fillette n’a pas sa place dans une école publique. C’est sa suggestion de faire appel à une éducation spécialisée qui va être l’élément déclencheur, en entraînant plusieurs questions : Frank est-il un parent approprié ? Une véritable bataille pour la garde de l’enfant va s’en suivre, entre Frank et sa mère : celle-ci estime être la seule à disposer des ressources nécessaires pour élever la petite.

Frank parle à Mary comme si elle était adulte et elle lui répond comme tel. Dans une scène, elle lui demande de lui dire la vérité, à savoir si dieu existe. Cette scène se déroule en extérieur avec pour fond un coucher de soleil orangé des plus vibrants: Marc Webble, réalisateur, la capture alors en silhouette alors qu’elle grimpe sur son oncle comme un petit singe, les jambes pendant de ses épaules et les coudes reposant sur sa tête. Le message est clair : ça a beau être une enfant précoce, elle garde son âme d’enfant. Les battements mélodramatiques du film sont prévisibles, mais ils sont parfaitement précis. Il y a une véritable alchimie entre Chris Evans et Grace Mckenna pour que tout fonctionne. Le plaidoyer, ultra sincère, porté par film est celui d’un modèle familial qui n’est pas conventionnel : il est facile à apprécier, tout comme le casting des personnages secondaires comme Octavia Spencer que l’on a découvert dans La Couleur des sentiments ou plus récemment dans Les Figures de l’ombre. En dépit de certains moments de prévisibilité et d’une poignée d’éléments sous-développés, ce film familial arrive à faire rire quand il faut et suscite des réactions sincères. Un scénario simple et efficace, couplé à des performances formidables d’un grand casting, permet une combinaison gagnante qui satisfait facilement.

 

A propos Kévin Costecalde (130 Articles)
Passionné par la photographie et les médias, Kévin est chef de projet communication. En 2012, il a lancé le blog La Minute de Com, une excellente occasion selon lui d'étudier les réseaux sociaux et l'actualité. Curieux et touche-à-tout, Kévin aime les challenges, les voyages et l'ironie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*