C'est tout chaud !

La Maison des Turner : un premier roman familial convaincant !

La Maison des Turner, Angela Flournoy, Les Escales

RENTRÉE LITTÉRAIRE — Chaque famille traverse à un moment ou à un autre cette étape cruciale, doit résoudre ce dilemme si difficile : doit-elle, oui ou non, se séparer de la maison familiale, maintenant que la matriarche n’est plus en état de l’habiter ?

Nous sommes à Detroit, en 2008, en pleine crise économique. Cela fait plus d’un demi-siècle que la famille Turner habite Yarrow Street, une petite rue dans un quartier sinistré de Motor Town : dans cette petite maison ont défilé pas moins de treize enfants. Mais désormais, le père est mort et enterré, et la mère malade. Que faire de cette maison, à la fois un poids financier, et l’écrin de tous leurs souvenirs ? La vendre, la garder ?

La Maison des Turner, Angela Flournoy, Les Escales

Dans ce premier roman très réussi, et diablement ambitieux, Angela Flournoy donne voix aux enfants Turner, de l’aîné en pleine crise existentielle à la petite dernière qui, bien que déjà quadragénaire, se cherche encore. Elle étudie la famille Turner dans son ensemble, et dans l’individualité de chacun de ses membres. Petit exploit : elle arrive à ne pas nous perdre dans les méandres de cette généalogie pourtant chargée. Et ça, ce n’était pas gagné !

Au-delà du destin de cette famille afro-américaine se dessine l’histoire même de toute une ville : grandeur et décadence du couple Turner, de la ville de Detroit. Quand le couple originel est moribond, la ville s’en fait l’écho, vaincue par la crise des subprimes, le chômage, la faillite. La jeune génération parviendra-t-elle à donner à la famille, à la ville, l’élan nécessaire pour repartir ?

Grâce à un rythme alternant avec bonheur entre présent et passé, souvenirs et fantasmes, La Maison des Turner accroche le lecteur et ne le lâche pas. Le lecteur se sent bien au sein de cette famille : il a envie de savoir ce qui va arriver à ses membres, et assiste, impuissant, aux épreuves qu’ils vivent. Aux côtés de Cha-cha, l’aîné, qu’une psychothérapie chamboule au plus profond de son être, de Lelah, la petite dernière accro au jeu, et des autres membres de la fratrie, le lecteur sent qu’une page se tourne, et il est content d’être là pour pouvoir la tourner avec cette famille si attachante.

La Maison des Turner, Angela Flournoy. Les Escales, août 2017. Traduit de l’anglais par Anne-Laure Tissut.

A propos Emily Costecalde (598 Articles)
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.
Contact :Twitter

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. La Maison des Turner – Ma collection de livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*