C'est tout chaud !

Sorcières associées : détectives de l’étrange !

Sorcières associées, Alex Evans, ActuSF

FANTASY URBAINE — À Jarta, où le Pouvoir va et vient au gré des siècles, deux sorcières qu’apparemment tout oppose travaillent comme associées dans un cabinet de détectives. Padmé, mère célibataire et chirurgienne à ses heures perdues, est douce, réfléchie et posée. Tanit est en tout point son opposé : plutôt tape-à-l’œil et impulsive, elle aime les combats de savate, les hommes et les auberges un peu douteuses. Le duo fonctionne étonnamment bien et chacune impose son style dans la résolution des enquêtes. En général, leur cabinet est surtout sollicité pour des histoires d’exorcismes et de talismans. Jusqu’à ce fameux jour, où un vampire débarque dans la salle d’attente, piégé malgré lui dans un corps dont il ne veut pas, forcé de commettre des meurtres pour un mystérieux commanditaire. Au même moment, le directeur d’une usine voisine un peu particulière vient solliciter les deux détectives pour une affaire de sabotage dans ses locaux. Afin de s’épargner des frais, le directeur a en effet choisi de remplacer ses employés par des zombies. Mais tout ne semble pas se passer comme prévu. Les deux femmes vont alors enquêter hors des sentiers battus pour résoudre ces différents mystères. Et si quelque chose de plus grave était en train de se tramer ? Au cours de leurs pérégrinations, Padmé et Tanit devront rester sur leurs gardes et faire face à des créatures toujours plus exotiques : succubes, goules, golems et autres gremlins.

L’enquête est entrainante, bien amenée et plutôt fluide. Les rebondissements sont nombreux et rythment le récit. Les chapitres, à la première personne, s’alternent rapidement et participent au dynamisme de l’histoire. Ils reflètent tour à tour le point de vue de Padmé et celui de Tanit, et nous permettent de résoudre les mystères au même rythme qu’elles. La différence de style entre les chapitres des deux protagonistes n’est peut-être pas assez marquée, d’autant plus que les héroïnes collaborent et s’échangent parfois leurs enquêtes : le prénom au début de chaque chapitre a donc toute son importance. Malheureusement, cette intrigue plutôt enthousiasmante pâtit malgré elle de la richesse de l’univers créé par Alex Evans. Jarta est une ville dense, grouillante de vie, aux influences multiples : l’auteur nous distille beaucoup (trop) d’informations et de descriptions qui finalement n’amènent rien à l’histoire. Néanmoins, cet univers semble réellement bien pensé et mériterait d’être exploré davantage. C’est typiquement le genre de monde propice au développement de nouvelles intrigues (une suite serait d’ailleurs prévue).

L’auteur a choisi de créer une société où tout s’achète et où l’argent est au cœur des préoccupations. Ce second niveau de lecture et cette critique du capitalisme effréné sont donc une très bonne surprise. Dans une ville où l’on peut tout acquérir en échange de quelques pièces, le fait d’être maître de son corps et de gérer comme on l’entend les différents aspects de sa vie sont finalement des biens très précieux. Ainsi, la thématique du vampire enfermé dans un autre corps et des zombies réduits à l’état de main d’œuvre sans volonté illustrent à merveille cet aspect du récit et amènent à plus de réflexion.

Tour à tour mis en avant comme un roman de fantasy orientale ou de steampunk, ce livre est à la croisée des genres. Certes, Jarta est un carrefour multiculturel et l’atmosphère de cette ville est sulfureuse et épicée, mais ici, point de djinns et de génies. De même, l’ambiance, à travers la description de quelques éléments du décor est légèrement steampunk, mais ne suffit pas à qualifier cet univers comme tel. La rencontre de la magie et des technologies au cœur d’une ville ferait plutôt penser à de la fantasy urbaine. L’originalité étant que cette ville évoque davantage une ville asiatique que les classiques Paris et Londres habituellement associées à ces romans dits « steampunk ». Une fois la surprise du genre littéraire passée, ce livre est un excellent divertissement (dans le sens positif du terme). Maintenant que les bases sont posées, ce sera sans aucun doute un plaisir que de retrouver nos deux sorcières et d’explorer plus en détails leur univers.

Sorcières associées. Alex Evans. ActuSF (Bad Wolf), Février 2017.

Par Coralie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*