Nouvel article !

Un thriller estival : Cet été-là

INDIANA — Ce soir-là de juillet, dans les années 70, tous les habitants de cette petite bourgade de l’Indiana s’en souviennent très bien : c’est le jour où la petite Katie Mackey, neuf ans, n’est pas rentrée chez elle. On a simplement retrouvé son vélo, abandonné en plein centre-ville. De la petite fille, aucune trace. Elle s’est volatilisée. Que s’est-il passé ce 5 juillet ? Lee Martin donne voix à quatre personnages qui, parfois des décennies plus tard, retracent leur parcours en cet été fatidique, qui les a tous profondément marqués.

Il y a Gilley, le grand frère de Katie, à cause de qui elle est sortie ce soir-là et qui s’en veut toujours des années après. Il y a Clare et Raymond, un couple déjà âgé, en butte à l’hostilité de la bourgade toute entière suite au remariage de Clare avec cet homme jugé bon à rien. Raymond est rapidement montré du doigt. Et il y a l’étrange et solitaire M. Dees, le professeur de maths, qui couvait Katie d’un regard un peu trop ambigu…

Plus que le suspense, plus que la question qui semble évidente, à savoir ce qu’est devenue la petite Katie, Cet été-là brille par l’aspect psychologique de son récit. On s’intéresse moins à l’enquête qu’aux réflexions, regrets et inquiétudes des personnages. Lee Martin passe plus de temps à décrire la dynamique qui anime cette petite ville que les soubresauts de l’enquête : on découvre ainsi au fil des pages le sentiment ambivalent qu’entretiennent les habitants de ce hameau avec les Mackey, propriétaires ultra riches de la verrerie locale, famille décrite comme les Kennedy de l’Indiana. On les admire, on les craint. Les gens vont jusqu’à photographier leur sublime propriété des beaux quartiers.

Cet été-là, Lee Martin, Éditions 10/18

Mais les Mackey ne forment pas une famille parfaite. Au commencement, un drame initial, qui a gangrené leur foyer. Leur famille a prospéré sur des non-dits, sur une culpabilité sourde entre les deux époux. Puis, vient la disparition de leur petite fille de neuf ans. On découvre alors un père près à tout pour protéger sa famille… Comme s’il avait quelque chose à se faire pardonner…

Au fil des pages, les personnages se révèlent et sont rarement ce qu’ils semblaient être de prime abord. L’exemple par excellence, c’est sans doute ce prof de maths en apparence sans histoire, un vieux garçon solitaire et aimable, qui aborde son récit comme une confession. Oui, M. Dees aimait Katie. D’une manière trouble, absolue, et totalement anormale. Quel rôle a-t-il joué dans cette disparition ? Lee Martin nous fait pénétrer sa psyché torturée avec beaucoup de subtilité.

Voilà donc un thriller plus dans la psychologie que dans l’enquête, qui nous fait découvrir le versant sombre d’une petite ville de l’Indiana dans les années 70. Une réussite, à mettre aussi bien dans les mains des amateurs du genre que dans celles des lecteurs qui, comme moi, n’aiment pas les romans policiers traditionnels…

Cet été-là, Lee Martin. Éditions 10/18, février 2018. Traduit de l’anglais par Fabrice Pointeau.

Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

About Emily Costecalde (116 Articles)
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-108119049-1