Pop rédemption

Pop Rédemption, où comment réveiller les morts

Quatre amis ont formé un groupe de black métal il y a plus de quinze ans. Ils sont toujours unis, mais des tensions se font tout de même ressentir : problèmes d’emploi du temps, d’argent, de famille… Chacun vaque à ses occupations en espérant laisser le groupe de côté. C’était sans compter sur le chanteur et leader, Alex (Julien Doré). Les trois autres, un peu intimidés, n’osent pas lui dire vouloir quitter les Dead Makabés.

Alex leur annonce alors une grande nouvelle : le groupe est invité comme remplaçant au Hellfest, un grand festival de rock où leur idole se produit. Malheureusement pour eux, rien ne va se passer comme prévu. Entre meurtre, fête à la fraise, délit de fuite, gendarmerie, les quatre rockeurs se retrouvent embourbés dans leurs soucis.

pop rédemption

On ne présente plus Julien Doré, jeune chanteur charismatique de la scène française. Il se révèle ici un acteur convaincant aux côtés de Jonathan Cohen, Gregory Gadebois et Yacine Belhousse. Tous les quatre nous font rire et nous émouvoir au gré de leurs péripéties rocambolesques. Le scénario haut en couleur offre aux spectateurs l’occasion de découvrir les acteurs sous un jour nouveau, un côté plus sombre et rock’n’roll agrémenté de scènes colorées et dynamiques.

La musique joue un rôle omniprésent évidemment, ce qui ravira tous les mélomanes et amateurs de black métal. Les fans de John Lennon and Cie seront également satisfaits de découvrir de nombreuses références disséminées un peu partout dans le film : un vanne à leur effigie, une traversée de passage clouté en slow motion, des habits colorés… Bref, toute une mélopée de clins d’œil drôles et étonnants.

Ce film est donc un savoureux mélange de musique, d’humour et d’aventure emprunte d’émotions. Les acteurs sont plus que convaincants. Les participations d’Alexandre Astier et Audrey Fleurot sont appréciées et donnent un coup de booste à la distribution.

Bref, une réussite pour le jeune réalisateur Martin Le Gall.

Pop rédemption sera en salles le 5 juin.

Par Séverine

A propos Severine Le Burel 136 Articles
Littéraire dans l’âme, j’attends d’un roman, film, ou fiction de l’émotion, des bouleversements, un ouragan de sentiments… Bref, j’aime qu’une histoire me touche et me transforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.