Les Loups à leur porte : cruauté humaine à son paroxysme

Les Loups à leur porte, Jérémy Fel

LIVRE — Roman aux accents terriblement américains, qui joue avec nos craintes et leur donne vie avec une maîtrise indéniable, Les Loups à leur porte a rencontré un certain succès lors de sa sortie en 2015. L’auteur, Jérémy Fel, a été comparé à David Lynch et Stephen King, et a même empêché de dormir Amélie Nothomb…

Il faut dire que dans le roman de Jérémy Fel, le grand méchant déploie des trésors de cruauté, et qu’il n’est pas le seul : c’est toute la noirceur humaine que déroule l’auteur dans ce roman choral, qui croise la destinée de nombreux personnages, aussi bien aux États-Unis qu’en France. De prime abord, ils n’ont aucun lien entre eux. Mais finalement, cette horreur qui sourd des pages finit par les unir : la psyché humaine peut être bien trouble, bien sombre. Et ça fait froid dans le dos.

Oui, l’intérêt du roman réside ici : nous montrer que les monstres ne sont pas réservés exclusivement aux livres de contes, qu’ils peuvent prendre chair humaine. Serial killers, parricides, violeurs, pédophiles : certains de ces odieux personnages présentent un visage tout à fait normal. Ils pourraient même être votre voisin, votre fils, votre mari. Ça fait franchement froid dans le dos et une sensation de malaise persistant ne vous quitte pas tout au long de votre lecture : franchement, on comprend pourquoi Amélie Nothomb n’en dormait plus la nuit.

Ici, le mythe si américain du self-made man est totalement corrompu : Jérémy Fel s’empare de ce poncif américain qui fait tant rêver les foules pour le pervertir. L’homme d’affaires est puissant, il a réussi, mais en s’élevant sur les ossements de ses nombreuses victimes… Le territoire américain, si vaste, si varié, est-il assez grand pour lui échapper ? À la fois croque-mitaine et modèle de réussite à l’américaine, notre grand méchant est de ceux que l’on croit voir dans la moindre ombre un peu épaisse, dans le moindre bruit suspect. Il sait tout, il peut tout, il ne rechigne devant aucune cruauté, et il a les moyens que l’argent peut vous donner…

Le roman ne se clôt même pas sur de l’espoir, malgré une fin qui semble positive. Et si le gène de la monstruosité existait, si la cruauté courait dans les veines ? À méditer. Gageons qu’Helena, deuxième roman de l’auteur, donnera sûrement quelques éléments de réponse…

Les Loups à leur porte, Jérémy Fel. Rivages, 2015.

A propos Emily Costecalde 698 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.