Nota Bene : les pires batailles de l’Histoire

Visuel : Robert Laffont

ESSAI HISTORIQUE — Benjamin Brillaud, dit Ben, est le réalisateur de la brillante chaîne historique Nota Bene, diffusée sur Youtube. Fin octobre 2016, il sortait son premier essai aux éditions Robert Laffont, sur un thème porteur : les pires batailles de l’Histoire.

Car l’Histoire en a vu passer, des batailles, truffées de décisions hasardeuses et autres prises de position bancales mais dont les cafouillis et autres imbroglios – quand ce n’était pas une chance proprement insolente ! – ont eu des conséquences pour le moins étonnantes.

Chaque chapitre fait un récit linéaire de la bataille dont il est question, afin d’en montrer les tenants et aboutissants et de déterminer en quoi elle s’inscrit bien dans les « pires » batailles de l’Histoire. À titre d’illustration, l’auteur a également ajouté, pour chaque chapitre, un court récit fictionnel (mais dûment documenté), afin de mieux percevoir les enjeux de la bataille, ou simplement pour prendre le pouls des événements. Si ces courts récits ne sont pas tous d’égale qualité, ils apportent un délicieux bol d’air frais, ou parfois une note d’humour bienvenue aux récits des conflits en cours.
Mais là où l’auteur excelle, c’est dans le récit des faits historiques : la plume est alerte, le style enjoué, les explications limpides, et ce malgré des situations embrouillées à souhait et des chapitres assez brefs. Lorsque la situation comporte des causes et motifs plus larges que la simple opposition de A contre B, l’auteur prend le temps d’exposer clairement les enjeux à l’œuvre, aussi certains chapitres sont-ils un peu plus longs que d’autres. Ceci étant, le livre n’est guère épais aussi l’auteur va-t-il très vite à l’essentiel : si la somme semblera un peu brève aux spécialistes des batailles et autres récits militaires, il nous faut saluer ici l’esprit de synthèse et la clarté des explications de Benjamin Brillaud. Oui, les chapitres sont courts, mais ce n’est pas au détriment de la limpidité de l’explication : c’est donc un très bon ouvrage de vulgarisation.

Nota Bene : les pires batailles de l'Histoire, Nota Bene, Benjamin Brillaud

De plus, il nous offre un véritable tour du monde, avec des batailles et pans d’Histoire méconnus, aux côtés des grands classiques du genre. Tour à tour, on étudie donc la fameuse course de Marathon, l’assaut de Tyr par Alexandre le Grand, les batailles d’Azincourt et de Gravelines, l’assaut du port du Helder, les guerres de Zanzibar et d’Isandhlwana ou encore la naissance de la figure héroïque de Myong-Yang. De quoi donner un bon aperçu des différentes opérations militaires de par le monde et au fil des siècles.

À l’issue de chaque chapitre, l’auteur propose également un tour d’horizon à la mode du « Pendant ce temps-là dans le monde », bien pratique pour remettre toutes ces péripéties en perspective. L’ouvrage est, par ailleurs, illustré, de la main d’Arcady Picardi – à noter que les illustrations portent plus sur les récits fictionnels concoctés par Benjamin Brillaud que sur les faits purement historiques.

En bref, cet ouvrage consacré aux pires batailles de l’Histoire est à l’image de la chaîne Nota Bene, qu’anime Benjamin Brillaud : très accessible, mené sur un ton enjoué et instructif. Certes, l’ouvrage n’est pas conventionnel au rayon Histoire, mais la vulgarisation est de qualité : à recommander aux jeunes lecteurs, ou aux curieux d’histoire militaire.

Nota Bene : les pires batailles de l’Histoire, Benjamin Brillaud ; illustrations d’Arcady Picardi. Robert Laffont, octobre 2016.

A propos Oihana 472 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.