Fenêtre sur Crime Linwood Barclay

Crédit photo : Jacques DUCHATEAU

Tout commence par une addiction, celle de Thomas Killbride, passionné de cartographie, et qui navigue entre les villes du monde entier grâce au logiciel Whirl360. Coupé du monde, il scrute chaque détail et se retrouve ainsi témoin de ce qu’il pense être un assassinat. Ray Killbride sera le moteur de l’enquête. Conscient de la pathologie de son frère, il va lui-même se retrouver plongé dans la confusion et aura parfois du mal à discerner ce qui est réel de ce qui revêt du monde imaginaire de Thomas.

 Dans un pêle-mêle de personnages et de leurs histoires de Vie, Linwood Barclay bringuebale le lecteur de la banquette arrière d’une voiture en cavale jusque dans des sous-sols, théâtres de kidnapping. Le lecteur suit les pistes brouillées où veut l’emmener l’auteur. Si chaque chapitre semble se clore vers la résolution de l’histoire, la surprise reste à son comble dès le commencement de ceux qui suivent. Rien n’est jamais définitif, les morts ne le sont pas toujours et les soupçons se déplacent sur les personnages en qui l’on aurait d’ordinaire le plus confiance.

Fenêtre sur crime - couv

Sur fond de manigances politiques, se trame également un drame familial. Une mort « accidentelle », un secret jamais révélé, sont autant de mystères non résolus qui viennent s’ajouter à une intrigue qui égale les scénarios des grands thrillers hollywoodiens. S’inspirant d’ailleurs du célèbre Fenêtre sur cour d’Alfred Hitchcock, Linwood Barclay s’interroge aussi sur la préservation de l’intimité et de la confidentialité dans une société où n’importe qui ou n’importe quoi est accessible en un seul clic.

 Fenêtre sur crime, Linwood Barclay. Belfond noir, avril 2014. Traduit de l’anglais par Renaud Morin.

Par Capucine Michelet

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.