La Montagne en sucre : vie et déclin d’un héros américain

La Montagne en sucre

ROMAN AMÉRICAIN — C’en était trop pour la jeune Elsa : lorsqu’à la mort de sa mère, son père se remarie avec la meilleure amie d’Elsa, celle-ci décide de quitter le domicile familial pour tenter sa chance dans l’état du Dakota. Sa vie va alors basculer totalement.

Nous sommes en 1905, et la jeune fille va trouver refuge chez son oncle. À peine descendue du train, elle rencontre un jeune homme dont le bagout et l’assurance la rebutent de prime abord. Cette rencontre s’avèrera déterminante car si le roman laisse de prime abord supposer qu’Elsa sera l’héroïne, le lecteur se rend bien vite compte qu’il n’en est rien : c’est Bo Mason que l’intrigue s’applique à décrire sous toutes les coutures.

Bo Mason, c’est le héros américain dans toute sa splendeur, porté par une fascination presque maladive pour l’Ouest, pour la frontière qu’on repousse sans cesse et sans cesse, pour le mythe du self-made man où il espère bien inscrire son nom. Mais Bo est né une génération trop tard : d’autres hommes ont déjà défriché le far west. Les guerres indiennes sont déjà de l’histoire ancienne et la ruée vers l’or en Californie a eu lieu une vingtaine d’année avant sa naissance. Le territoire américain est presque apprivoisé, et chaque année qui passe, il se fait plus policé, moins sauvage. Terminées, les expéditions pour trouver de l’or dans les rivières, les traversées en charriot, la vie de pionniers. Ça sera le grand drame de la vie de Bo Mason, qui court après des chimères, après la promesse de fortunes faciles, immédiates.

Nous suivrons Bo Mason pendant près de trente ans. Son mariage avec Elsa, la naissance de leurs enfants, ses projets, ses échecs, ses quelques réussites… De foyer en foyer, Bo Mason trimballe sa famille au gré des opportunités, tutoyant volontiers l’illégalité, alléché par le mirage d’un argent facilement gagné. Portrait d’un homme, anatomie d’un mariage, ode aux paysages américains, description d’une époque longtemps envolée : La Montagne en sucre est un roman profondément nostalgique, aux relents tragiques. Profondément empreint par la sensation que Bo Mason aurait dû naître un demi-siècle plus tôt, par cette impression de gâchis qui rythme sa vie, le récit semble sombre, quand bien même les personnages connaissent parfois quelques moments de grâce. On en revient toujours aux mésaventures du patriarche, qui entraînent l’ensemble de la famille dans une spirale négative : leur vie aurait pu prendre un tournant différent quand Elsa, à la croisée des chemins, a brièvement envisagé un retour à sa vie d’avant. Qui sait ce que seraient devenus les quatre membres de la famille Mason, si Elsa avait fait un choix tout autre ?! La question trotte dans la tête du lecteur. Elle ne le quittera pas, jusqu’à que l’on referme définitivement le livre. Et même après, en fin de compte, car les personnages de ce roman sont tellement forts qu’on continue à penser à eux même plusieurs jours après avoir terminé la lecture. Ah, le pouvoir de la fiction !

Nous avons là un très grand roman américain.

La Montagne en sucre, Wallace Stegner. Gallmeister, avril 2016. Traduit de l’anglais par Éric Chédaille.

A propos Emily Costecalde 667 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.