Le Roi maléfique : un deuxième tome réussi !

Le roi maléfique, Holly Black, Rageot

FANTASY — La trilogie fantasy d’Holly Black était très attendue en France et a même fait l’objet d’une pétition appelant son arrivée dans les librairies francophones. Nous avons lu le premier tome l’année dernière (pas chroniqué pour cause de paresse gravidique, oups) et nous venons de dévorer le deuxième volume, qui fait monter l’intrigue en puissance.

Mais de quoi ça parle et qui est ce prince cruel ?

Attention, la critique qui suit traite du tome 2 et est susceptible de dévoiler des événements importants du tome 1.

Jude vit à Terrafae, un monde magique peuplé de créatures mythiques et cruelles, qui n’aiment rien de mieux que de s’amuser et ce, régulièrement aux dépends des humains. Manque de pot pour elle, Jude est humaine. Elle vit avec sa grande soeur Vivi et sa jumelle Taryn au sein du foyer de Madoc, un général fae important et terrible qui, quand elle était enfant, a assassiné ses parents sous ses yeux. Jude a donc été élevée par le meurtrier de ses géniteurs, dans un monde qui lui est résolument hostile. Malgré ça, elle aime Terrafae et rêve d’y trouver sa place, au contraire de sa soeur Vivi, qui, elle est fae, mais souhaite retourner chez les humains. Jude rêve de pouvoir, de reconnaissance : pour cela, elle est prête à tout, aux complots, aux machinations, aux mensonges… même au meurtre, s’il le faut.

Dans le tome 1, elle a tant et si bien manigancé qu’elle a réussi à se hisser à la position de sénéchale. Mieux : elle contrôle même le roi, qu’elle a elle-même placé sur le trône. Mais qui a dit que la vie à la cour de Terrafae était de tout repos ?

Il y a un petit côté à la Game of Thrones dans la trilogie d’Holly Black : intrigues de cours, complots, menaces de guerre, duels, espionnage… Tout cela contribue à donner de la profondeur à un univers déjà nourri avec beaucoup de densité du folklore anglo-saxon.  Dans cet univers magique et politique brille le personnage de Jude, qui n’a rien d’une midinette de roman young-adult : Jude est dure, elle est froidement ambitieuse, elle est calculatrice. Elle sait se battre, elle connaît les arcanes de la politique. C’est un personnage formidablement bien construit.

À Terrafae, personne n’est ou tout blanc, ou tout noir. L’autrice refuse tout manichéisme. Tout est joyeusement ambigu : Madoc est le père adoptif et le mentor de Jude… mais il est également le monstre qui lui a ravi ses parents. Cardan est le prince, puis le roi séduisant qui fait battre le coeur de Jude, à son grand dam : c’est aussi un personnage odieux qui mérite bien son adjectif de « cruel ». Taryn, la jumelle de Jude ? Douce et charismatique, même elle est capable de trahir s’il le faut. Jude elle-même ? Une héroïne capable de tuer. On pourrait tiquer sur la romance entre Jude et Cardan, un homme qui, au fond, la maltraite : mais Jude le lui rend bien, et leur idylle contrariée, entre désir sensuel et haine intense, est bien menée : Holly Black évite les évidences et les mièvreries. Cette relation n’est vraiment pas de tout repos… et le lecteur y prend un malin plaisir.

Au programme donc : de la magique, de la politique, des complots et des trahisons, des retournements de situation, de l’ambition et de la romance… Ce tome de transition fait monter la pression et laisse le lecteur dans le besoin désespéré de lui la suite, tout de suite, tout de suite !

Le Roi maléfique, Holly Black. Rageot, avril 2021. Traduit par Leslie Damant-Jeandel.

A propos Emily Costecalde 822 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.