J’ai lu avec Julia, 4 ans : Docteur Loup

Docteur Loup

ALBUM JEUNESSE — Cet album, il est un peu spécial. Je l’ai eu pour la première fois entre les mains quand j’étais à peine plus vieille que ma fille Julia puisqu’il est sorti en 1994, l’année où j’ai eu quatre ans. Je l’ai beaucoup aimé. La preuve, c’est un des rares albums jeunesse qui a survécu à la terrible épreuve du temps : plus de vingt-cinq ans plus tard, je m’en souviens encore, ce qui est assez parlant ! Je me rappelle même de sa première phrase : « Ce matin, Marc s’est réveillé un petit peu malade.« 

Il faut dire que mon institutrice de maternelle en avait fait l’objet d’un de ses cours. J’ai souvenir d’avoir passé du temps à recopier laborieusement le texte sur l’ordinateur de mon père (toute petite, j’avais une certaine passion pour Word !) tant il me plaisait. Je me souviens encore de mon désarroi quand je suis arrivée à la fin de la page. Mon père, charitable, m’a expliqué que si je continuais à taper sur les touches, on passerait alors à la page suivante… Bref, je me suis retrouvée à penser à cet album par le plus grand des hasards et, alors que j’attendais dans le noir que ma fille cadette s’endorme, je l’ai acheté en un clic. Le lendemain, il était dans ma boîte aux lettres et le soir même, je le lisais avec Julia.

Marc est donc un petit peu malade. Marc est un petit lapin. Affolée, sa mère fait le tour des docteurs mais chaque espèce donne des conseils qui lui sont propres et qui ne sont pas du tout adaptés à un lapereau. Julia écoutait et jugeait sûrement un peu absurde le conseil du Dr Poisson qui préconisait de nager sous l’eau très longtemps ou celui du Dr Chat qui prescrivait du pâté de souris ! Il n’y a qu’un seul médecin que la maman de Marc ne veut pas voir : le Dr Loup. Un loup ! Pensez-vous ! Entre celui-ci qui dévore le petit chaperon rouge, celui qui mange les cochons et celui qui veut croquer les doudous, les loups n’ont pas bonne presse dans la littérature enfantine ! Depuis qu’elle est petite, Julia associe naturellement le loup à quelque chose d’effrayant et de dangereux… comme la maman de Marc qui se refuse à consulter le Dr Loup, mais à qui le Hibou force la main…

Et il s’avère que le Dr Loup ne mange pas les petits lapins, qu’il est très gentil, très bienveillant et surtout très compétent. C’est un album qui invite à mettre de côté ses préjugés et à ne pas juger au faciès. L’adulte pourrait aussi y voir un album sur l’errance médicale… Ce fut pour moi l’occasion d’évoquer le problèmes des idées reçues qui peuvent être très dommageables et d’en parler avec Julia…

Julia a plutôt bien aimé cet album à la première lecture, mais le vrai test, on le connaît : me demandera-t-elle de le lire un nombre incalculable de fois ? Et surtout, s’en souviendra-t-elle dans vingt-cinq ans ?

Docteur Loup, Olga Lecaye. L’école des loisirs, 1994.

A propos Emily Costecalde 998 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.