Gangster squad : pas le temps de s’ennuyer

Si on devait résumer Gangster squad, on commencerait probablement par évoquer son casting : Josh Brolin, récemment vu aux côtés de Will Smith dans Men in black III et Ryan Gosling, le héros de Drive, réunis pour mettre la pâté à Sean Penn, qu’on n’a plus vraiment besoin de présenter. Autour d’eux gravite Emma Stone, rousse incendiaire, nouvelle fiancée de l’Amérique, vue dans Crazy stupid love, où elle batifolait déjà avec Ryan Gosling ou dans Spiderman, où elle préférait les hommes-araignées. Maintenant que vous avez bien en tête les protagonistes, il est temps de planter le décor.

Los Angeles, 1949. La guerre est finie, les hommes sont de retour, mais John O’Mara, peut-être l’unique flic intègre de LA, s’est trouvé une nouvelle croisade. A l’heure où la ville est dirigée par le mafieux Mickey Cohen, qui sait se montrer très inventif quand il s’agit de se débarrasser de ses ennemis, O’Mara ne se laisse pas impressionner. Lorsque le chef de la police lui propose de manière officieuse de monter une brigade pour miner l’empire de Cohen, O’Mara n’hésite pas, et recrute cinq policiers courageux, qui ne se laissent pas corrompre.

Bienvenue dans le Hollywood de la fin des années 40, dans un Los Angeles gangrené par le crime et la pègre, où la police a presque jeté l’éponge, où les flics ont tous été traumatisés en Europe et n’ont plus la foi de combattre. Tous, sauf un : John O’Mara, incarné par Josh Brolin, colosse au sourire difficile. Bientôt père de famille, notre héros fonce dans le tas, et sait se battre. Le genre à partir en croisade à la moindre injustice : en somme, O’Mara est un flic comme on les aime, sans peur et sans reproche. Son ami Jerry, beau blond désinvolte et séducteur, est plus découragé. Il faudra sa rencontre avec Grace, la chasse gardée de Cohen, pour le lancer dans la bataille. A cette équipe s’ajoute bientôt un roi de la gâchette et son acolyte hispanique, un officier indiscipliné qui manie le couteau avec talent, et un cerveau. C’est parti, Sean Penn n’a plus qu’à bien se tenir.

Gangster Squad ne ménage pas son spectateur, qui découvre la violence et la créativité de Sean Penn, capable d’alterner les supplices et de remettre au goût du jour certaines manières de tuer que l’on avait plus vues depuis Louis XV (cela implique des voitures, quand autrefois on préférait des chevaux. Nous n’en dirons pas plus). Pour cela, les âmes sensibles devraient s’abstenir, sous peine de fermer les yeux bon nombre de fois, et de trembler tout le film en imaginant avec horreur ce qui pourrait arriver à nos héros, à leur famille, à leurs amis, et à leurs animaux de compagnie si Cohen les démasquait. Il n’y a pas à dire, Sean Penn est terrifiant.

Sean Penn, Gangster squad

Si vous aimez le rétro et le glamour de l’Hollywood d’autrefois, Gangster Squad vous plaira : le film n’est d’ailleurs pas mal ficelé du tout. On ne boude pas son plaisir devant ce film, et on ne s’ennuie pas. On ne niera cependant pas la prévisibilité du film. On sait toujours où Gangster Squad va nous mener. Un bon divertissement, mais guère davantage.

Gangster squad est sorti sur les écrans le 6 février 2013.

Par Emily et Kévin

A propos Kévin Costecalde 196 Articles
Passionné par la photographie et les médias, Kévin est chef de projet communication. En 2012, il a lancé le blog La Minute de Com, une excellente occasion selon lui d'étudier les réseaux sociaux et l'actualité. Curieux et touche-à-tout, Kévin aime les challenges, les voyages et l'ironie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.