Your lie in april : concours et piano muet !

Ki-oon, musique, Naoshi Arakawa, piano, violon, shônen, Your lie in april, amitié, dépassement de soi

La suite des aventures musicales de Kôsei et de Kaori !

Kaori a décidé de prendre le taureau par les cornes. Elle inscrit Kôsei d’office à un très prestigieux concours de piano, espérant ainsi débloquer son ami. Mais le jeune homme ne s’entend toujours pas jouer et doute de ses capacités à mener la mission à bien. Il travaille alors d’arrache-pied et tente de ne pas se laisser abattre. Or, ce que le jeune homme ignore, c’est que son retour dans le petit monde de la musique est très attendu… Les jeunes musiciens qu’il a autrefois écrasés de son talent et qui, eux, n’ont pas quitté les concours et la scène, sont très impatients de le revoir. Et de lui rendre la monnaie de sa pièce.

Cet opus mêle plusieurs thèmes. La musique parcourt tout le volume en filigrane mais sait se faire discrète lorsque l’intrigue nous amène à explorer d’autres sujets. Aux côtés de la musique, on trouve donc les émois des adolescents de l’histoire, portés notamment par Tsubaki, qui ne semble plus vraiment savoir où elle en est, entre Ryôta, son petit ami sportif, et la tendre amitié qu’elle porte à Kôsei. Celui-ci, de son côté, n’a d’yeux que pour ses partitions et son piano, ce qui ne fait guère avancer les affaires. La passion sportive de la jeune fille prend d’ailleurs plus de place que dans les deux premiers volumes, offrant un agréable contrepoint aux parties musicales.
L’accent est également mis sur les angoisses de Kôsei, ses difficultés à jouer de la musique et à interpréter les morceaux à sa guise, ce qui l’amène à se poser beaucoup de questions.

Ki-oon, musique, Naoshi Arakawa, piano, violon, shônen, Your lie in april, amitié, dépassement de soi

Côté musique, Naoshi Arakawa nous régale à nouveau de planches mettant en scène les musiciens tout à leur art : représenter la musique n’est pas évident, mais le mangaka y parvient à merveille ! Si ce n’était la mélodie, on s’y croirait !

Le rythme de cet opus est bien plus lent que celui des précédents : l’auteur prend vraiment le temps d’installer la tension dramatique liée au concours. Kôsei n’est, d’ailleurs, pas encore monté sur les planches à la fin du volume, ce qui laisse le lecteur avec une certaine frustration à la fin de l’histoire. On attend donc impatiemment la suite !

Your lie in april, tome 3, Naoshi Arakawa. Traduit du japonais par Géraldine Oudin. Ki-oon, juin 2015.

A propos Oihana 518 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.