On a vu l’adaptation d’A Silent Voice !

A Silent Voice, Naoko Yamada

CINÉMA — L’adaptation cinématographique du manga A Silent Voice, réalisée par Naoko Yamada sur un scénario de Reiko Yoshida, a débarqué cet été. Un peu plus de 2 heures pour adapter les sept tomes de la série de Yotshitoki Oima !

Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, voici un très bref résumé de l’intrigue narrée dans la série.
Shoko Nishimiya, une jeune fille attentionnée, intègre une nouvelle école, dans laquelle elle rencontre Shoya Ishida, un élève plutôt turbulent. Sans explication aucune, Shoya se met à littéralement harceler la jeune fille, au seul motif qu’elle est sourde. Bientôt, il est suivi par toute la classe, dans l’indifférence générale. Or, un jour, le jeune garçon est dénoncé pour son comportement et la classe, assez versatile, se retourne immédiatement contre lui, le rejetant et le harcelant à son tour.
Des années plus tard, alors qu’ils ont l’âge d’être au lycée, Shoya est toujours le paria de service. Mais il apprend la langue des signes… et décide de retrouver Shoko !

La réalisatrice a parfaitement retranscrit l’univers des mangas, ainsi que le rythme de l’intrigue. Celle-ci, volontiers indolente, retrace le portrait d’adolescents japonais s’étant frotté au harcèlement scolaire, de quelque côté de la barrière que ce soit. Évidemment, leurs vies ont été bouleversées à jamais par ce qu’ils ont subi, propulsé ou laissé faire durant leurs jeunes années mais, justement, ce traumatisme profond les amène à s’interroger avec d’autant plus de profondeur sur des sujets qui, un jour ou l’autre, ont sans doute questionné tout un chacun : qu’est-ce que l’amitié ? Comment devient-on un adulte ? Comment s’intégrer à la société ? Le thème du harcèlement scolaire est bien présent, mais plutôt en toile de fond, car l’histoire se concentre vraiment sur “l’après” et sur la relation que vont nouer Shoko et Shoya alors adolescents.

Il en ressort un film sensible, au rythme assez lent, qui met l’accent sur les ambiances et les perceptions des personnages. Les fans de la première heure y retrouveront ce qui a fait le succès de la série, moins quelques sous-intrigues écartées par la réalisatrice – comme, par exemple, l’obsession cinématographique du meilleur ami de Shoya, ou les explications sur les histoires familiales assez compliquées des deux protagonistes. De même, la fin n’est pas tout à fait la même, mais s’avère néanmoins tout à fait satisfaisante. Par ailleurs, la réalisation est assez soignée et attachée au réalisme : en effet, la doubleuse française de Shoko, Mélanie Deaf, est elle-même sourde, ce qui évite toute caricature. Cette dernière anime d’ailleurs une chaîne youtube afin de sensibiliser un large public à ce handicap.

En somme, Naoko Yamada signe un film d’animation touchant, qui rend justice au manga qu’il adapte. En deux heures, elle évoque le harcèlement scolaire, la place du handicap dans la société japonaise, mais aussi le délicat passage à l’âge adulte d’un groupe d’adolescents. Le tout pourra paraître un peu long, mais porte un beau message d’espoir.

A Silent Voice, Naoko Yamada. En salles depuis le 22 août 2018.

A propos Oihana 510 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.