Cinq romans pour découvrir San Francisco à travers les (p)âges !

Cinq romans pour découvrir San Francisco à travers les (p)âges !

LITTÉRATURE AMÉRICAINE — San Francisco, Californie, dans l’imaginaire collectif, a longtemps été le bout du monde, cette ville à l’extrémité ouest des États-Unis, une ville libre et fantasque, bien éloignée des états de l’est, plus guindés, plus européens. San Francisco, c’est l’ouverture vers l’océan, l’ouverture d’esprit, la ruée vers l’or et la conquête de l’ouest, le Golden Gate Bridge et les Painted Ladies d’Alamo Square. Nombreux ont été les auteurs à rendre hommage à cette ville en littérature, à en faire la toile de fond de leurs histoires. Au fil des pages, au fil des âges, San Francisco se dévoile dans cette petite liste que nous vous avons concoctée !

Cinq romans pour découvrir San Francisco à travers les (p)âges !

San Francisco, 1849 : Fille du destin

Voilà un roman au souffle romanesque indéniable : imaginez une jeune fille, amoureuse, qui saute dans un bateau, direction la Californie et la ruée vers l’or ! De Valparaiso à San Francisco, Isabel Allende nous entraîne dans une véritable épopée, dans un territoire encore à construire. Aux côtés de la jeune Eliza, nous découvrons un San Francisco tel qu’on le connaît peu, mais tel qu’on l’a beaucoup fantasmé : celui du Gold Rush, des origines. À l’époque, San Francisco n’était qu’un port de mineurs, peuplé d’idéaliste rêvant de faire fortune, et de prostituées. La Californie, ce nouvel eldorado, fait alors tourner toutes les têtes. Ce n’était alors même pas encore un état américain… Voilà donc un voyage très intéressant, qui nous montre un San Francisco qui n’a bien sûr plus rien à voir avec celui que l’on peut découvrir aujourd’hui. Isabel Allende propose un roman impeccable, avec juste ce qu’il faut de romance, et un solide ancrage historique. On aime !

Fille du destin, Isabel Allende. Le livre de poche, 2002. Traduit par Claude de Frayssinet.

San Francisco, 1876 : Frog Music

Emma Donoghue a choisi une période charnière de la ville de San Francisco pour situer l’intrigue de son roman Frog Music. En 1876, nous sommes à peu près trente ans après la ruée vers l’or, et trente ans avant le terrible tremblement de terre de 1906 qui détruira la grande majorité de la ville. C’est donc une ville en plein essor, et donc un peu étouffante, qu’Emma Donoghue nous dépeint dans ce roman par ailleurs très réussi, qui nous plonge dans l’histoire de Blanche, une cocotte française dont l’amie a été mystérieusement tuée. Dans Frog Music, on a particulièrement aimé la description d’une ville écrasée de chaleur, qui vit à la merci des tremblements de terre et des épidémies, qui redoute les émeutes et les incendies, une ville où la tension est omniprésente. Aux côtés de Blanche, on parcourt les rues encombrées de San Francisco, on pénètre dans les bordels, on découvre les premières décennies de Chinatown, le plus ancien quartier chinois d’Amérique du Nord… Un voyage dans le temps rendu avec minutie !

Frog Music, Emma Donoghue. Le livre de poche, 2017. Traduit de l’anglais par Christine Barbaste.

San Francisco, 1921 : Le Jardin du diable

Prenez San Francisco, dans les roaring twenties : vous disposez déjà d’un excellent point de départ pour un roman. Rajoutez une star hollywoodienne (Roscoe Arbuckle), un scandale ayant vraiment eu lieu (la mort de la jeune Virginia Rappe) et en guise d’enquêteur, un certain Samuel Hammett, détective chez Pinkerton… Est-ce que ça ne commence pas à être sacrément prometteur ? C’est lors d’une fête très alcoolisée (en pleine Prohibition !), donnée par la star du muet Fatty Arbuckle, que le drame se noue : bien vite, on accuse Arbuckle d’avoir « écrasé » Virginia Rappe lors d’une orgie ! C’est donc un San Francisco bling bling avant l’heure que le lecteur découvre, une ville corrompue, encore meurtrie par le tremblement de terre de 1906, qui se noie dans l’alcool, le glamour et l’argent. Celui qui deviendra un des auteurs les plus connus de San Francisco, Dashiel Hammett, mène l’enquête dans ces milieux troubles, tout en nous dévoilant la réalité, plus commune, plus misérable, de la vie d’un détective qui peine parfois à joindre les deux bouts. Un très bon polar historique, basé sur des faits réels.

Le Jardin du diable, Ace Atkins. Editions du Masque, 2011.

San Francisco, 1938 : Poupées de Chine

Cette fois-ci, c’est San Francisco à l’aube de la deuxième guerre mondiale que nous découvrons.  Ajoutez trois personnages principaux touchants, une double culture sino-américaine, un background historique léché, de l’amour, de l’amitié, une histoire de « coming of age » comme disent les Américains… et vous obtenez l’excellent roman Poupées de Chine, écrit par Lisa See. C’est de plus l’occasion de découvrir le célèbre mais relativement mystérieux quartier de Chinatown à SF : foncez, du coup ! La question identitaire est au centre du roman : c’est quoi, être américain ? Fascinant.

Article plus détaillé ici !

Poupées de Chine, Lisa See. J’ai lu, 2016. Traduit par Rose Labourie.

San Francisco, 1975-2010 : Chroniques de San Francisco

Comment parler du San Francisco littéraire sans évoquer la célèbre série d’Armistead Maupin, qui décrit sur plusieurs décennies les péripéties d’un groupe d’amis dans une des villes les plus fun du monde ? Les romans d’Armistead Maupin sont universels, et traitent de nombreux thèmes de société comme : prendre son indépendance et devenir adulte, la difficulté de faire son coming out, l’adoption, le divorce, vieillir et s’accepter, la transsexualité, le cancer, le sida, les sectes, choisir sa carrière au détriment de sa famille… On pourrait en citer beaucoup comme ça ! Du premier volume, qui nous transporte dans le San Francisco de 1975, où l’on drague beaucoup, partout, tout le temps, au dernier, qui se passe dans les années 2010, le lecteur peut observer l’évolution de la ville, qui tient un rôle central dans la série, qui, après tout, s’appelle en anglais « Tales of The City« … Série culte pour plusieurs générations de lecteurs, Les Chroniques de San Francisco nous font voyager le long des collines de la ville, nous font découvrir ses plages nudistes, ses Lavomatics, ses supermarchés, ses quartiers. Mais si de passage à San Francisco, vous cherchez le 28, Barbary Lane, adresse emblématique de nos héros, ne soyez pas trop déçus : l’adresse est malheureusement fictionnelle.

Chroniques de San Francisco T1-T9, Armistead Maupin. 10/18 et éditions Points, 2000-2016.

A propos Emily Costecalde 728 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.