Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman

Des fois, il arrive qu’on aie un coup de cœur pour un livre dès le premier paragraphe, généralement grâce au style, car l’intrigue n’a pas encore eu le temps de se développer. C’est ce qui se passe avec Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman, un livre au nom plus long qu’un titre de chanson de Panic! at the disco, déjanté, coloré, complètement dingue, en somme, idéal pour commencer cette nouvelle année, surtout quand on sait à quel point le mois de janvier peut être morose. Kerry Hudson, ou le remède contre la nostalgie post-fêtes de fin d’année !

L’histoire que nous conte Kerry Hudson n’a pourtant rien de bien drôle, et nous plonge bien souvent dans la misère sociale la plus noire. Mais la gouaille de l’héroïne fait de ce roman un éclat de rire permanent. Sacré Janie !

tony Hogan

Cette fameuse Janie est née dans une famille complètement dysfonctionnelle : le père est inconnu au bataillon, on sait juste qu’il est américain, la mère n’a que vingt ans, l’oncle est camé, et la grand-mère accro au bingo. Accueillie dans le monde (en l’occurrence, un hôpital au fin fond de l’Ecosse) par une flopée d’injures, flanquée à la porte avec sa mère quelques jours après sa naissance, vivant les premiers mois dans un foyer d’accueil pour femmes, Janie nous conte avec humeur et humour ses mésaventures dans le monde, ne nous cachant rien de sa vie entre Ecosse et Angleterre, toujours dans le rouge, jamais gâtée par l’existence. Elle connaîtra l’alcool, la drogue, la peur, une enfance difficile et une adolescence à la Skins.

Kerry Hudson réussit le tour de force d’une narration très adulte, presque distanciée, tout en nous plongeant dans le quotidien de Janie, dans ses joies et peines d’enfant. Cette finesse de la narration, alliée à une langue très orale et urbaine, véritablement percutante, donne à Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman toutes ses lettres de noblesse. Véritable chronique de la vie dans les années 80 et 90 en Ecosse, le roman dévoile la vie morose, à l’horizon bouché, de toutes ces personnes qui, comme la mère de Janie, n’attendent qu’une chose, que vienne le lundi matin, et avec lui, l’argent de l’aide sociale.

Comment s’en sortir quand, comme la mère de Janie, Iris, on n’a aucune ressource, pas de diplôme, pas de qualification, pas de maison mais qu’on a en revanche un nouveau-né, dont il faut s’occuper ? La mère de Janie la balade de B&B en HLM, tous plus insalubres, ou mal situés les uns que les autres, essayant tant bien que mal d’assurer l’éducation de sa fille, lui procurant des vêtements de seconde main, la nourrissant de toasts ou de frites surgelées, recollant ses semelles décollées avec de la patafix. Victime des hommes, et de son penchant pour la boisson, la mère de Janie semble bien faible face au monde hostile. Mais jamais elle ne baisse vraiment les bras, montrant bien plus de force qu’il n’y parait. Janie, elle aussi, se débat pour s’en sortir, et éviter les pièges, nombreux, que lui tendent son environnement. Ne pas finir comme sa mère. Tel est au fond l’objectif de cette gamine intelligente, qui aime les livres, mais n’a pas les moyens d’en posséder un seul.

Kerry Hudson s’est servi de son propre passé pour construire le personnage de Janie : elle-même a connu la même succession de logements douteux que son héroïne. Elle s’en est finalement très bien sortie, comme le prouve ce roman d’apprentissage très fin et très attachant. Espérons que Janie saura elle-aussi s’en sortir, car, dès la première page, le lecteur s’attache terriblement à elle. Kerry Hudson est décidément un des auteurs qu’il faudra suivre en 2014.

Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman, Kerry Hudson. Philippe Rey, janvier 2014. 

Par Emily Vaquié

Crédit photo : Nick Tucker

A propos Emily Costecalde 648 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.