Rencontre avec Jean-Paul Didierlaurent au Cultura des 4 Temps

Jean-Paul Didierlaurent : son nom est sur toutes les lèvres, ou presque. Son roman, Le Liseur du 6h27, lui a permis de faire une entrée remarquable en littérature : les droits du roman furent vendus avant même la parution en librairie, parution d’ailleurs avancée d’une semaine au vu du buzz. En somme, Le Liseur du 6h27, c’est probablement un des romans qu’il faudra emporter dans sa valise si l’on ne veut pas être totalement out à la rentrée. Et en dehors de ces considérations, c’est un roman qui se lit avec grand plaisir, avec une galerie de personnages hauts en couleur, et une réflexion sur la fin de vie du livre.

Aussi, quand l’on nous a proposé de le rencontrer au Cultura de la Défense, inauguré il y a quelques mois, nous avons accepté avec joie. Nous avons découvert un auteur très simple et agréable, sincèrement heureux de rencontrer ses lecteurs. Il s’est plié avec plaisir au jeu des questions/réponses. La rencontre était animée par David Abiker, journaliste.

Nous avons ainsi découvert comment ce nouvelliste s’est attelé à l’écriture d’un roman, rédigé en résidence d’auteur. Le personnage du Liseur du 6h27 apparaissait déjà dans une des nouvelles de l’auteur, mais il lui plaisait tant qu’il n’a pas voulu le quitter si vite. Voilà comment, d’une nouvelle, on dérive jusqu’au roman (souvenez-vous, dans un genre complètement différent, c’est un peu ainsi qu’est né Entretien avec un vampire). Jean-Paul Didierlaurent raconte même avec humour avoir coupé un dizaine de chapitres sur les conseils de son éditrice, parce qu’il craignait de faire trop court. C’est une véritable joie pour l’écriture, et pour le livre, que nous a transmis Jean-Paul Didierlaurent. Nous sommes ressortis de cette rencontre ravis, et curieux de découvrir Jean-Paul Didierlaurent nouvelliste.

Un petit mot maintenant sur le lieu qui nous a accueillis le temps d’une soirée. Cultura est probablement plus connu des provinciaux et banlieusards (ce que nous sommes) que des parisiens car le Cultura des Quatre Temps est le plus proche de Paris, sans y être totalement (en bons banlieusards, nous considérons que la Défense, c’est Paris, mais non, soyons exacts, ce n’est que la zone 2 des transports transiliens). Sur les ruines de feu Virgin La Défense, les équipes Cultura ont donc ouvert un magasin chaleureux, avec de nombreux fauteuils en cuir orange destinés à accueillir moult fessiers de lecteurs, et même une zone entière consacrée à la lecture, où nous avons d’ailleurs passé la soirée. L’équipe était charmante et très accessible : un plaisir pour pour qui le libraire reste un interlocuteur de choix !

Enfin, l’on nous a présenté la liseuse maison (la Liseuse Touch Lux 2), dont nous vous parlerons probablement plus en détail très bientôt. Nous vous dirons donc en attendant que son avantage majeur c’est de ne pas être aussi restrictive que certaines de ses concurrentes du point de vue des formats acceptés. On constate aussi qu’elle possède un dictionnaire français et anglais, ce qui est un plus !

On en profite également pour vous inviter à aller jeter un œil (et même deux !) aux blogs des autres passionnées présentes ce soir-là : Les livres de George et moi, Ecribouille, Vive la rose et le lilas, The French book loverLeiloona, Le bloq des livres qui rêventLulamae, et Les ebooks de Marie.

Par Emily et Kévin

A propos Emily Costecalde 664 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.