Nostalgie Friends : un essai pour les fans de la série des nineties !

SÉRIE TV — Friends : vous le savez, je suis ce qu’on peut appeler une fan. Cette série, découverte peu de temps après son arrêt (trop jeune, je n’étais pas de la bonne génération pour l’apprécier « en direct ») me suit depuis mon adolescence : c’est elle que je regardais quand j’avais un chagrin d’amour, la veille des épreuves du bac, pendant mon congé maternité. Elle passe régulièrement à la télévision, et on en picore un épisode de-ci, de-là avec plaisir. On a vu tous les épisodes plusieurs fois, mais on ne se lasse pas, on cite la série à tout bout de champs (on va à Londres ? On s’exclame « Yeah London Baby ! », on descend un meuble dans l’escalier ? « Pivot ! », etc). Bref, Friends fait partie de notre background culturel, et c’est ce que démontre très bien l’essai Nostalgie Friends paru très récemment chez Harper Collins.

Nostalgie Friends

Signé Kelsey Miller, ce livre parle du phénomène en lui-même, mais donne également de nombreuses anecdotes de tournage, donnant au lecteur l’impression de « passer de l’autre côté ». Le système des sitcoms américaines, la ronde des studios, la saison des pilotes : tout cela n’aura plus de secret pour vous. Citant les acteurs eux-mêmes, mais également des membres de l’équipe de production ou des journalistes ayant suivi de près le phénomène, le livre s’avère très complet, mais est loin d’être rébarbatif.

Il est même passionnant : parce qu’on apprend plein de chose et que Nostalgie Friends permet de jeter un autre regard, plus critique, plus distancié, plus adulte sur la série. Bien sûr, on le lit aussi avec beaucoup d’affection pour cet objet télévisuel qu’on connaît par coeur. Mais du coup, on a envie de re-regarder la série d’une manière différente : en sachant qu’à cet endroit, tel acteur mourait d’envie d’éclater de rire, ou que cette scène a dû être amendée ou qu’à cause de ce pilote jugé trop long, la série a failli être condamnée. C’est édifiant. Et oui, donc, on termine le livre, on allume Netflix et on regarde de nouveau une partie de la saison 1, en ayant l’impression de se glisser tout doucement dans un bain bien chaud : celui de la nostalgie, dans un monde où tout, au fond, finit toujours bien.

Nostalgie Friends, Kelsey Miller. Harper Collins, novembre 2019. Traduit de l’anglais par Typhaine Ducellier.

Pour aller plus loin :

Friends : le charme des nineties

Quels modèles parentaux dans la série Friends ?

A propos Emily Costecalde 713 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.