Sous un ciel d’or : jazz, champagne, et passage à l’âge adulte !

Sous un ciel d'or, Laura Wood, PKJ

YOUNG ADULT — Sous un ciel d’or, c’est le roman young-adult que j’attendais : un « coming-of-age » dense et bien mené, avec une romance « slow burn » convaincante, des seconds rôles bien brossés et surtout un ancrage historique passionnant : Sous un ciel d’or, paru ce mois-ci chez PKJ, a tout bon !

Louise a dix-sept ans en 1929. Elle vit au sein d’une famille nombreuse et joyeusement dépenaillée dans une ferme des Cornouailles. Depuis longtemps, elle est fascinée par la somptueuse demeure décatie des Cardew, à l’abandon depuis des années. Elle a l’habitude de s’y rendre en catimini et d’en arpenter les pièces immenses et désertées, tout en lisant dans les revues mondaines l’histoire des héritiers Cardew. Mais un jour ceux-ci cessent d’être des personnages de papier pour venir s’installer le temps d’un été dans leur maison de campagne. Lou leur tape dans l’oeil et elle devient, le temps de quelques semaines, un membre récurrent de leur bande d’amis… Elle ouvre ainsi la porte d’un quotidien tout en champagne, en jazz et en nuits blanches, un quotidien qui n’a rien à voir avec celui qu’elle connaît à la ferme familiale…

Il y a un peu de la mélancolie de Francis Scott Fitzgerald dans la plume de Laura Wood. Beaucoup de choses dans le récit de Sous un ciel d’or rappelle en effet Gatsby le magnifique : des citations de l’ouvrage émaillent l’histoire, mais pas que. Ce voisin fascinant qui s’installe subitement à côté de chez vous et donne des fêtes dantesques, ça ne vous rappelle rien ? La période, bien sûr, est évocatrice : nous sommes à l’été 1929, une dizaine d’années après la fin de la guerre et quelques mois seulement avant le krash dévastateur qui entraînera une dépression mondiale. L’insouciance est donc de mise, mais en creusant un peu, Louise va se rendre compte que sous l’or et les paillettes, les riches de ce monde peuvent être tout aussi malheureux qu’un paysan pauvre des Cornouailles !

L’alcool coule donc à flot, les Cardew vivent en décalé, festoyant la nuit et dormant la journée, on danse le jazz et on est globalement très libéré pour l’époque : le contraste entre ce qui se passe à la Cardew House et la vie à la ferme familiale est saisissant, mais l’autrice a choisi de faire de la famille de Lou des personnages attachants, plutôt que des antagonistes pénibles qu’il serait facile de quitter à la fin du roman. On nous épargne un conflit qui aurait été inutile et plombant : au contraire, le fait que la famille de Lou soit sympathique et compréhensive donne du relief au récit. La seule tension émane de la relation entre Lou et sa grande soeur Alice, mais la psychologie des personnages est bien étayée et intéressante. Il s’agit juste de deux conceptions de la vie totalement différentes, mais également louables.

Stress post-traumatique, romances contrariées, deuil, dépression, alcoolisme sont autant de thèmes abordés avec plus ou moins de profondeur au fil du récit. L’écriture de création est aussi un fil rouge du récit.

Enfin, l’autrice tisse une jolie romance sur fond de chamailleries et d’apparente mauvaise humeur, une jolie histoire très rafraîchissante qui n’empiète pas sur le véritable thème du récit : ce moment charnière où, à la fin de l’adolescence, on doit choisir ce qu’on fera du reste de sa vie. C’est l’heure des choix, et pour Lou, il se résume peu ou prou à cela : se marier et rester au village comme sa grande soeur Alice, ou envisager de partir à l’aventure à Londres. Cet été enchanteur, vécu entre parenthèses, lui donnera la force de faire son choix en tout état de cause. Réussi en tout point !

Sous un ciel d’or, Laura Wood. PKJ, mars 2020. Traduit de l’anglais par Aurélien d’Almeida.

A propos Emily Costecalde 871 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.