Prunelle : l’ultime sortilège

JEUNESSE — On avait découvert en début d’année dernière le premier tome du nouveau diptyque d’Agnès Laroche, consacré à la jeune sorcerelle Prunelle. Après la rébellion de la jeune fille, place à la conclusion de son aventure dans Prunelle : l’ultime sortilège.

Après la découverte de son utilisation de la magie forte, sanctionnée par les lois promulguées par son père, Prunelle a dû fuir Tendreval. Roc, son père, persiste à priver les femmes de la magie forte et son propre frère souhaite la séquestrer pour lui faire expier ses fautes. Pourtant, l’heure ne devrait pas être aux dissensions : les Obscurs, qui utilisent la magie noire, sont sur le point d’envahir Tendreval et de maltraiter ses habitants… Pour sauver son comté et ses amis, Prunelle n’a plus qu’une solution : aller à la rencontre de Dune, une puissante sorcière qui réussira peut-être à infléchir son père. Mais pour la rejoindre au cœur de la forêt d’Ombelle, Prunelle devra surmonter trois épreuves particulièrement difficiles.

La couverture annonce la couleur : cet opus est nettement plus sombre que le précédent ! D’une part parce que la menace que représentent les Obscurs est de plus en plus forte, d’autre part parce que les personnes que Prunelle rencontrent sont également bien plus dures que son entourage habituel. Les péripéties s’enchaînent à bon train et plongent notre sorcerelle dans des interrogations toujours plus complexes. La magie noire (appelée “riche” par ses nouvelles connaissances) est-elle si maléfique ? La puissance de sa magie l’oblige-t-elle à utiliser cette magie riche ? Ne serait-il pas criminel de laisser ses talents inexploités ?
Les dilemmes de l’adolescente sont bien mis en scène, et nourrissent à eux seuls de nombreuses péripéties.

De fait, le rythme du récit est assez soutenu ! On saute de dilemme en retournement de situation, le tout agrémenté de révélations saisissantes. Un lecteur averti pourra deviner les révélations les plus frappantes, mais celles-ci sont parfaitement amenées dans le récit, dévoilées uniquement au moment le plus crucial.

Comme dans le premier opus, le sexisme de la société patriarcale dans laquelle vit Prunelle est au centre du récit, et Prunelle s’interroge plus que jamais sur le bien-fondé des règles édictées pas sa bourrique de père. L’autrice tisse des personnages aux portraits nuancés : leurs actes et paroles sont motivés, et chacun a son propre parcours, ce qui rend le roman d’autant plus prenant.

Avec Prunelle, Agnès Laroche signe un diptyque agréable à lire, et parfait pour des lecteurs débutant en fantasy. L’intrigue est certes linéaire, mais conçue sur de nombreux rebondissements et révélations, qui la rendent palpitante, en plus de proposer d’intéressantes réflexions !

Prunelle, l’ultime sortilège, Agnès Laroche. Rageot, 26 janvier 2022.

A propos Oihana 653 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.