La Reine des ombres : bonne pioche au rayon fantasy !

La Reine des ombres

FANTASY — Le lancement de Stardust, un label imaginaire des éditions Hugo, a fait couler beaucoup d’encre : c’est donc avec beaucoup de curiosité que nous nous sommes penchés sur La Reine des ombres, premier titre de cette nouvelle collection !

Et pour être absolument honnête : ce fut une délicieuse surprise !

La Reine des ombres, ou plutôt celle qui veut le devenir, c’est la jeune Lady Alessandra Stathos : terriblement ambitieuse, brillante et rusée, la jeune femme a un plan pour accéder au trône qu’elle juge infaillible : attirer l’attention du tout nouveau roi des Ombres, le séduire, l’épouser et enfin… l’assassiner pour pouvoir régner seule. Tout se passe d’abord comme des roulettes… mais que se passera-t-il si Alessandra tombe à son tour sous le charme du roi ?

Chantage, manipulation, voire assassinat : Alessandra ne recule devant rien pour obtenir ce qu’elle veut, et j’ai aimé que, pour une fois, l’héroïne d’un roman de fantasy Young Adult ne soit pas une oie blanche effrayée de tout. L’autrice a osé faire de son protagoniste principal un personnage à la boussole morale défaillante, facilement méprisante et parfois cruelle. De plus, c’est indéniablement un des personnages les plus féministes que l’on puisse imaginer dans ce genre de récit, puisqu’elle prône la libération sexuelle des femmes, dans une société très codifiée et très patriarcale, qui valorise la virginité plus que tout. C’est très rafraîchissant !

Quant au Roi des ombres, s’il est volontiers impitoyable, il est aussi fort charmant, et le lecteur apprécie de voir la relation, d’abord calculée, se nouer entre ces deux-là. C’est une romance très satisfaisante, qui plaira aux amateurs du genre et même à ceux qui plissent le nez devant une histoire d’amour très fleur bleue (ce qui n’est pas le cas ici !).

La Reine des ombres a tout du page-turner : l’efficacité manifeste de l’écriture, couplée à un récit rondement mené, font de ce roman un excellent divertissement, de ceux qu’on ne peut lâcher avant la toute dernière page.

La Reine des ombres, Tricia Levenseller. Hugo Stardust, mars 2022. Traduit de l’anglais par Pauline Vidal.

A propos Emily Costecalde 983 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.