Johannes Cabal, nécromancien de son état !

Johannes Cabal

FANTASTIQUE  — C’est une bonne situation, ça, nécromancien ?

Oui et non car pour arriver à lever les morts, il faut être prêt à donner de sa personne : son âme, ni plus ni moins. Johannes Cabal a ainsi fait un pacte avec le diable. Mais après quelques années, il décide de la récupérer. Satan accepte, à une condition : que le nécromancien se prête à un petit pari. Il a une année pleine pour récolter les âmes de cent damnés. Pour se faire, Satan lui prête une fête foraine itinérante… car quel meilleur endroit pour susciter l’envie et réveiller les pires démons de l’humanité ?

Porté par une écriture joyeusement sombre et acide, ce roman fantastique ouvre la porte sur une saga qu’on devine extrêmement prometteuse, avec un anti-héros vil et pourtant étrangement sympathique. Réécriture audacieuse du mythe de l’enfer, récit bourré de références aussi bien pop culture que religieuses, le roman de Jonathan L. Howard se lit avec grand plaisir. Il faut dire que l’auteur a le sens de la formule et de la narration, et arrive à produire de micro-histoires passionnantes au sein de son récit. On en voudrait plus (la partie sur la famille Druin est particulièrement fascinante et prometteuse).

Dans ce petit bijou d’humour noir, Jonathan L. Howard explore les pires penchants de l’humanité : colère, envie, luxure, avarice… On y croise des histoires franchement sordides et tristes (mention spéciale à « la fuite de la mère »). Au-dessus de ce maelstrom glauque surnagent quelques questions métaphysiques sur l’âme, la damnation et la religion. Mais le tout est traité avec un humour grinçant jubilatoire et un sens consommé du gore : imaginez un peu que, pour accéder à l’enfer et à une éternité de tourments, vous deviez afin vous coltiner les pires travers de l’administration, avec une paperasse interminable, à vous rendre zinzin ? Imaginez un peu que pour obtenir de la main d’oeuvre, vous deviez vous créer des sbires à partir d’un os, de cheveux, de tissu et de saindoux ? Pourquoi pas, après tout !

Dans ce roman émerge la figure fascinante, joyeusement asociale et parfois sanguine de Johannes Cabal, scientifique aux idéaux presque humanistes qui se heurtent à des méthodes pour le moins douteuses. Vaste paradoxe que le roman explore avec brio…

Johannes Cabal T1 : Le Nécromancien. ActuSF, novembre 2021. Traduit de l’anglais par Jérôme Vessière.

A propos Emily Costecalde 971 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.