Rencontre avec Colin Bonnet, éditeur en herbe à Collatéral éditions

Colin Bonnet est un jeune homme qui cumule les casquettes : étudiant en édition, assistant éditorial dans une maison d’édition traditionnelle et, désormais, à la tête de sa propre association d’édition : Collatéral éditions. « L’édition indépendante, c’est un peu le do it yourself , plutôt que d’attendre d’être embauché, pourquoi ne pas se lancer ? » explique-t-il lorsque nous l’avons rencontré, dans les locaux de sa faculté. Colin espère pouvoir lancer son premier livre en avril prochain. Pour cela, Colin fait appel au crowfunding : vous pouvez l’aider en cliquant ici. Le premier projet de Colin est un recueil de nouvelles, écrit par Florent Rousset-Farinelli, jeune auteur à découvrir.

Puisqu’il est toujours intéressant d’en savoir davantage sur les professionnels de la culture, et la réalité de leur métier, nous avons interviewé Colin .

Colin, peux-tu nous dire comment est né ton projet ?

C’est un mélange de beaucoup de choses. J’ai obtenu un master de Sciences Po en 2010, qui m’a donné des connaissances dans ce domaine. Après un an de chômage, j’ai dû choisir ma voie. Je me suis dirigé vers l’édition, ce qui me permettait d’utiliser le bagage acquis à Sciences Po. En 2012, j’ai réalisé un stage aux éditions du Passager clandestin, maison d’édition socio-critique, indépendante, d’extrême-gauche. Cela m’a fait beaucoup réfléchir. Ils m’ont appris que l’édition indépendante, c’est un peu le concept punk du do it yourself, plutôt que d’attendre d’être embauché quelque part, fais les choses par toi-même. On se débrouille tout seul. A la fin de mon stage, j’ai commencé à me dire que je pouvais créer quelque chose. J’ai écrit une nouvelle, un ami illustrateur m’a proposé de l’adapter en bande-dessinée. On s’est alors dit autant tout faire nous-même, de A à Z ! Du coup, je me suis renseigné sur la création d’une structure qui nous permettrait de faire ça. En avril 2013, on a posé les statuts de l’association : ce cadre nous convenait bien. Notre but n’est pas de gagner de l’argent, et de vendre des livres à foison, mais plutôt de faire découvrir des auteurs en dehors du circuit de l’édition traditionnelle.

Parle-nous du recueil Derrière le trou noir.

C’est donc un recueil écrit par un ami de longue date, Florent Rousset-Farinelli. Nous écrivons tous les deux depuis longtemps, parfois ensemble. Nous partageons souvent autour de l’idée d’écriture. Ses nouvelles m’ont paru très abouties, il y avait une véritable cohérence des textes, et beaucoup de fluidité. Nous avons retravaillé les textes ensemble, avant de décider de les publier. Le texte définitif était prêt en novembre, nous lançons ces jours-ci l’opération financière, et prévoyons la publication pour avril. Florent et moi avons fait tout le travail pour mettre sur pied le projet, tant de l’association que la publication du recueil. Le graphisme a été réalisé par un ami rencontré en formation d’édition.

couv_simulation-06-06-06

Comment définis-tu ta ligne éditoriale ?

Collatéral est une jeune structure au statut associatif qui ambitionne de faire connaître de jeunes auteurs qui ont quelque chose à dire sans avoir l’espace pour le faire. Collatéral se propose d’être cet espace donnant à voir une littérature du présent qui soit tout autant le fruit de son époque qu’un regard sur celle-ci. Quelque chose qui nous accroche, quelque chose dans lequel on puisse se reconnaître, une littérature qui parle de ce que les autres cachent et de ce que nous nous cachons à nous-mêmes. Quelque chose qui parle de la vie, d’une vie reconnaissable comme de la vie, pas d’un assemblage de supports publicitaires (ceci n’est pas du marketing dissimulé, c’est une pipe). Nous ne cherchons pas à faire comme tout le monde, nous n’aspirons pas à la richesse, ni à la gloire, nous voulons simplement le faire parce qu’il ne peut pas en être autrement. En tant qu’éditeur, même embryonnaire, quel plaisir d’essayer de faire connaître quelque chose en lequel on croit, quelque chose qu’on pense être bon, quelque chose de futile et de vain, mais d’en même temps essentiel parce ce qu’il s’y passe quelque chose.

Pourquoi Collatéral ?

Il nous fallait un nom, et ce n’était facile. C’est parti d’une plaisanterie entre amis, nous cherchions un nom avec « col », pour Colin. On est tombé sur Collatéral. J’aimais bien ce mot. C’est évocateur : cela veut dire « à côté de », et on rejoint ainsi l’édition alternative…On aurait pu songer à « alternative », mais c’est un terme qui est devenu galvaudé, on ne veut pas trop pousser la carte de l’alternatif, il n’y a pas besoin de le dire pour le faire !

As-tu d’autres projets après le recueil ?

Tout d’abord, nous prévoyons de finaliser la bande-dessinée pour septembre 2014, idéalement pour pouvoir la lancer à l’occasion d’un salon spécialisé dans la Drôme. Nous réfléchissons également à un premier projet de roman, accepté dans un premier temps par une grande maison d’édition, qui a demandé à l’auteur de retravailler son texte pour finalement laisser tomber le projet, que nous reprenons donc. Mais l’auteur a besoin de temps, et nous devons retravailler le texte à deux, ce qui demande beaucoup de temps. Nous avons un second projet de roman en vue.

Enfin, si nos lecteurs veulent acheter le recueil de Florent Rousset-Farinelli, comment peuvent-ils faire ?

Pour l’instant, le livre n’étant pas encore imprimé, ils peuvent juste l’acheter en prévente sur le site Kisskissbankbank. Ensuite, en attendant la mise en place d’un site avec plate-forme marchande, cela se fera par mail, et avec quelques dépôts en librairie. Actuellement, l’objectif financier est de tenter de payer, ne serait-ce qu’un peu le graphiste et l’auteur, et bien-sûr financer l’impression. Notre premier tirage est de 500 exemplaires. Nous verrons pour la suite.

Par Emily et Léa

 

A propos Emily Costecalde 667 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

3 Commentaires

  1. Jamais facile de se lancer mais tu l’as fait avec de beaux projets alors Félicitation pour cette belle initiative! Et longue vie à Collatéral édition! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.