Widdershins : une aventure trépidante

Ne pas avoir fêté son vingtième anniversaire et avoir vécu plusieurs vies ? Impossible ? Et pourtant. Enfant pauvre, orpheline, Adrienne a passé une grande partie de son enfance dans la rue. Aux côtés de Pierre, elle a fait les quatre cent coups pour survivre. Mais il y en a un qu’elle n’a pas pu accomplir : voler, tuer même, l’homme qui quelques années auparavant lui a sauvé la vie et celle a coûté la sienne à son ami. D’enfant de la rue, elle accéde à la noblesse mais un drame la propulse de nouveau dans la rue. Elle prend le nom de Widdershins et devient une des voleuses les plus talentueuses de Davilion.

Aujourd’hui Widdershins n’a que deux amis : Gen, tenancière d’une auberge et Olgun, son dieu personnel. La cité s’apprête à accueillir frère Maurice de Laurent, un des pontes religieux du royaume car un pouvoir maléfique s’est réveillé et l’on doit investiguer.

61PjCNv2g-L._SL1181_

Ari Marmell nous entraîne dans une aventure trépidante. Un complot, du fantastique, de l’action… Widdershins – Le Pacte de la voleuse est un roman prenant à l’écriture enlevée. L’action est constamment présente. On va de rebondissement en rebondissement et les méchants ne font pas semblant. Lorsqu’on essaie de tuer Widdershins, on lui envoie un monstre et la moitié de la guilde des assassins. De nombreux personnages et autant de rencontres ainsi que des descriptions fabuleuses vont développer un univers des plus pointus et prenants. L’auteur construit son récit d’une manière désarticulée qui rend l’histoire extrêmement intéressante. Les chapitres alternent entre présent et passé pour mieux nous dévoiler les ressorts du futur en construction et des événements. Lumen nous dévoile une fois de plus une pépite de la fantasy qui plaira à tous. Nous noterons tout de même les quelques moments assez violents, voire sanglant. Cependant, Widdershins est un roman que nous garderons indéniablement dans nos bibliothèques.

Widdershins – Le Pacte de la voleuse, Ari Marmell. Lumen, avril 2014.

Par Léa

1 Commentaire

1 Rétrolien / Ping

  1. Les Maîtres enlumineurs : "curain", ce que c'était bien ! - Café Powell

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.