Bienvenue à l’orphelinat du Cheval-pendu !

La veille de son départ pour la pension, Camille a fait le vœu que le matin n’arrive jamais. Et c’est ce qui a eu lieu. Lorsqu’elle s’est éveillée, Camille était à Evernight, un monde issu des rêves et des cauchemars enfantins, un monde dans lequel les humains ne sont pas du tout les bienvenus… Traquée par les autorités, Camille cavale en ville, mais finit par se faire prendre… et est envoyée à l’Orphelinat du Cheval-pendu, où l’on enferme les enfants perdus dans son genre.

Voilà où on la retrouve à l’orée du tome 2. Et une chose est sûre : Camille n’est pas contente du tout. Car elle a bien compris que celui qui prétendait l’aider dans sa fuite n’a fait que lui compliquer la vie, en lui volant sa montre… ce qui l’empêche désormais de regagner son époque. Pire : l’orphelinat dépasse de loin ses pires appréhensions concernant la pension où son père souhaitait l’expédier. C’est le bagne. Dépourvue du moindre talent magique, Camille est reléguée tout en bas de l’échelle sociale orpheline : c’est une grise, une domestique, qui passe ses journées à briquer et lustrer l’orphelinat. Mais il serait idiot de croire que Camille s’est résignée à son triste sort…

L’intrigue est moins linéaire que précédemment, vu que Camille est nettement plus active. Alors que l’intrigue reprend la même ligne que dans le premier tome (en gros : fuir), il y a beaucoup plus de rebondissements. Et surtout, beaucoup plus d’interactions entre les deux niveaux d’intrigue. Au premier plan, on a le projet de fuite de Camille. Mais en arrière-plan, on suit pas à pas ce qui se trame du côté d’Evernight : autorités usant de leurs pouvoirs, humains complotant… le mystère s’épaissit. Et bien que l’on ait l’impression d’en avoir appris beaucoup plus, on tourne la dernière page en se demandant ce que l’auteur nous réserve dans le tome suivant. Elle parvient donc à faire de ce second tome une histoire passionnante, prenante, et complète, tout en laissant suffisamment de latitude à l’esprit du lecteur pour vagabonder et monter mille et un scenarii !

On retrouve dans cet opus les personnages croisés précédemment : les trois humains autorisés à Evernight, bien entendu, et le terrifiant Mac Claw. La galerie s’enrichit de tous les enfants perdus que Camille croise à Evernight : les autres domestiques, ou les insupportables créateurs, ces enfants doués de pouvoirs magiques qu’Evernight craint et utilise à la fois. Les relations entre les différentes factions sont très bien rendues, dans toutes leurs nuances. Là pourrait d’ailleurs se situer le seul point de bémol de ce roman : elles évoluent un peu trop vite pour être honnête !

Ce second tome est également l’occasion de replonger dans l’univers fantaisiste, loufoque et proprement enchanteur d’Evernight : on explore plus avant cet univers assez cauchemardesque (quand on y pense) mais particulièrement chatoyant. L’écriture est très visuelle, les descriptions à la fois concises et très détaillées, et le style à la fois très fluide et poétique. En somme, c’est extrêmement bien écrit, et parfaitement accessible pour un jeune lecteur !

En bref, si le premier tome vous avait semblé un peu lent, celui-ci, avec son lot d’aventures tour-à-tour palpitantes et rocambolesques, devrait vous plaire. Si, au contraire, vous aviez fondu pour l’univers original et onirique d’Evernight, vous n’avez aucune raison de ne pas y replonger tête la première !

Les Enfants d’Evernight, tome 2 : L’Orphelinat du Cheval-pendu, Mel Andoryss. Castelmore, 20 août 2014.

Par Oihana

A propos Oihana 540 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.