La Légende de Loosewood Island : l’épopée des rois du homard

Sur l’île de Loosewood Island, la pêche au homard est une tradition familiale et même davantage, c’est une raison de vivre ! C’est d’autant plus vrai pour les Kings, la toute première famille à s’être installée sur l’île. Brumfitt Kings, l’ancêtre émérite de la famille, est venu d’Ecosse au XVIIIe siècle pour peindre et pêcher le homard. Il se raconte que l’océan lui aurait offert une épouse, avec pour dot les largesses de l’océan. Mais, en contre-partie, chaque génération de Kings devra donner un de ses fils à la mer.

Cordelia a grandi bercée par les histoires sur Brumfitt, et par le doux balancement du homardier paternel. Dès l’enfance, la jeune fille sait qu’elle est faite pour la pêche, bien davantage que son frère, pourtant considéré comme l’héritier légitime : première femme à se tailler sa place dans un monde d’hommes, Cordelia doit protéger l’héritage de Brumfitt, en veillant à ce que les contrebandiers n’empiètent pas sur les zones de pêche de l’île, reprenant ainsi peu à peu le rôle de chef de clan que son père avait endossé avant elle. Mais celui-ci peine à laisser la nouvelle génération prendre les rênes de l’île. Les choses sont pourtant en train de changer sur Loosewood Island.

Roman âpre, impitoyable, La Légende de Loosewood Island nous plonge dans le quotidien insulaire de Cordelia et des siens : à Loosewood Island, la vie est difficile : on se lève à l’aube, dans le froid et les embruns, et l’existence dépend des bienfaits de l’océan, bien que le tourisme soit devenu une nouvelle source de revenus après que les toiles de Brumfitt aient été repérées dans les années 50. Cordelia a grandi dans l’ombre de cet illustre aïeul, peintre de génie, objet des légendes locales, premier pêcheur de homards de la lignée. Sa vie, elle ne la conçoit que sur cette petite île, que se disputent deux pays, les Etats-Unis et le Canada. Elle a la pêche dans le sang, c’est son métier, sa vocation, sa raison d’être : elle ne sent jamais mieux que sur son bateau, son terre-neuve à ses pieds, avec son matelot Kenny.

La Légende de Loosewood Island

Mais la vie insulaire n’est pas simple, et Cordelia connaît bien des tragédies, dès son plus jeune âge. Sa famille se trouve décimée alors qu’elle n’est qu’une toute jeune fille. Des pêcheurs rivaux viennent les menacer jusque chez eux, poussant son père à une violence qui les marquera tous à vie, et l’enverra un temps « chez les fous ». Mais Cordelia tient bon, et saura se montrer la digne héritière des Kings. Parvenue à l’âge adulte, Cordelia est devenue comme une vieille amie pour le lecteur, on craint pour sa vie, tout comme on se réjouit de ses petits bonheurs.

Récit humain, sensible, aux accents souvent tragiques, le roman d’Alexi Zentner nous prend littéralement aux tripes, grâce à des personnages profondément attachants, et quelques scènes d’une grande intensité dramatique, de celles qui vous laissent cramponné à votre roman, incapable de le lâcher ne serait-ce que quelques secondes. La violence de la vie en mer fait l’objet de scènes tendues et ultra réalistes : les familles de pêcheurs savent bien à quel point l’océan peut se montrer traître. Le réalisme laisse parfois place au fantastique, aux légendes qui, dans un cadre tel que Loosewood Island peuvent prendre vie très facilement… un reflet dans l’eau, une présence sur la place, un tableau de Brumfitt, tout semble le point de départ d’une virée vers l’imaginaire. Tout ceci fait du roman d’Alexi Zentner un récit très complet, très réussi.

La Légende de Loosewood Island, Alexi Zentner. Jean-Claude Lattès, 2014.

Par Emily Vaquié

A propos Emily Costecalde 667 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.