Séville l’été : une fournaise et une parenthèse

Séville

ESPAGNE — Quelle idée de se rendre en Andalousie les mois de chaleur ? Quelle idée de le faire en étant en plus fraîchement enceinte ? L’été 2017, nous avons pourtant décollé direction Séville, pour notre dernier voyage sans être parents. À Paris, nous quittions la pluie et 15 degrés. À Séville, sitôt la porte de l’aéroport poussée, c’est une énorme bouffée de chaleur qui nous a heurté le visage : plus de quarante degrés. Un soleil de plomb. Une ville écrasée de chaleur.

Et pourtant, un charme fou. Les rues baignées de soleil étaient désertes. Les touristes préfèrent généralement le printemps, les mois d’avril et de mai plus cléments. Mais nous voilà en août, à déambuler à côté de la Giralda, ce joyau sévillan, ancien minaret devenu aujourd’hui la tour d’une cathédrale, ou de la Torre de Oro. Le soir, l’air est enfin presque respirable. De la musique dans les rues. De l’animation. Des calèches qui sillonnent le centre-ville. Malgré la chaleur étouffante, nous prenons possession des lieux. Le matin, nous visitons les rues, avec leurs hauts trottoirs et leurs mosaïques et statuettes représentant des Vierges. Nous guettons l’ombre. L’après-midi, à la mode sévillane, c’est la siesta. Et le soir, retour dans les rues à découvrir cette architecture si particulière. À chaque balade, nous partons chargés de bouteilles d’eau : quand nous revenons, elles sont vides. La soif est intense. Nous faisons tout à pied.

C’est en restant en retrait de la visite qu’on fait les plus belles photos

Moment de grâce : vidé de ses touristes, le centre-ville est enfin pleinement accessible, et avec lui, son bâtiment le plus célèbre : l’Alcazar. Là où d’ordinaire, des foules se pressent et font la queue des heures, là où d’ordinaire il faut réserver, et parfois des jours à l’avance, cette fois-ci, il nous aura suffi d’entrer. Dans le bâtiment accablé de chaleur, nous découvrons enfin ce bijou architectural, ses jardins, ses plans d’eau : des acteurs en costume déclament une pièce en espagnol dont malheureusement nous ne comprenons pas grand chose, mais les lieux parlent d’eux-mêmes. La nuit tombe enfin. La découverte fut belle, la parenthèse enchantée

5h du matin. Il fait 27 degrés. Température estivale à Paris, fraîche à Séville. Devant l’hôtel, nous attendons le car qui nous emmènera à Grenade. Nous profitons d’un air presque frais dans le petit matin. À Grenade, l’Alhambra est à la ville ce que l’Alcazar est à Séville : un incontournable, et un régal pour les yeux. Des bâtiments à voir un jour dans une vie. Un souvenir qu’on gardera toujours.

Grenade, Alhambra

Les vacances en famille : un moment attendu toute l’année !

Pour organiser votre voyage à Séville, pourquoi ne pas passer par le site voyageursdumonde.fr. Une équipe de plus de 200 personnes organise pour vous des voyages de plus en plus personnalisés, adaptés et adaptables à chaque instant, renforcés par une gamme de services destinés à vous faciliter le voyage. Une façon de répondre constamment à nos attentes quand on voyage avec des enfants. Parce qu’on n’a pas envie de la même chose à 2 ou 12 ans, leurs sélections de voyages vise à satisfaire tous les goûts et tous les âges : Un lit parapluie pour la petite, des activités pour le plus grand. Et pour les parents ? Le bonheur d’avoir trouvé l’adresse et la formule qu’il leur faut pour un voyage sans fausse-note.

A propos Kévin Costecalde 278 Articles
Passionné par la photographie et les médias, Kévin est chef de projet communication. En 2012, il a lancé le blog La Minute de Com, une excellente occasion selon lui d'étudier les réseaux sociaux et l'actualité. Curieux et touche-à-tout, Kévin aime les challenges, les voyages et l'ironie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.