Lectures confinées #2 : on élague la PAL !

livres, bibliothèque, pile à lire, lecture

LIVRES — Petit tour d’horizon des dernières lectures d’Emily, qui profite du confinement et de son congé maternité pour dézinguer sa pile à lire… Et vous, que lisez-vous ?

L’Homme qui aimait trop les livres, Allison Hoover Bartlett / temps passé dans la PAL : 2 mois

L'Homme qui aimait trop les livres, Allison Hoover Bartlett

De quoi ça parle ? Allison Hoover Bartlett est journaliste : elle s’est intéressée au vol de livres rares, et plus particulièrement, à la personnalité de John Gilkey, collectionneur kleptomane, qui a dérobé pour 200 000 dollars de livres rares et anciens. Il s’agit donc d’une enquête, d’une sorte de long article.

C’est bien ? Si vous vous attendiez à de la fiction, passez votre chemin, car ça n’en est pas. La quatrième de couverture vante une « traque haletante entre deux amoureux du livre » : c’est quelque peu trompeur. Il s’agit principalement d’un essai sur la bibliophilie, et le vol de livres anciens. Vous apprendrez beaucoup de choses sur le marché des livres rares aux USA (et la manière de les voler !)

On aime pour… l’amour des livres qui semble émaner des pages, la découverte des grands marchés de livres anciens, et des petites librairies de la côte ouest, le parcours délictueux de John Gilkey et sa personnalité trouble… Peut-on aimer trop les livres ? On vous laisse méditer.

Les informations : L’Homme qui aimait trop les livres, Allison Hoover Bartlett. Pocket, janvier 2020. Traduit de l’anglais par Cyril Gay.

Tiger House, Liza Klaussmann / Temps passé dans la PAL : 2 ans

Tiger House, Liza Klaussmann

De quoi ça parle ? Deux cousines, une maison sur la côte est des USA : ce roman décortique les relations de famille entre une poignée de personnages, sur plus de vingt ans et le fait de manière chorale. Le récit revient sur les événements qui émaillent l’histoire en les abordant du point de vue d’un des autres personnages. Nick et Helena, deux jeunes Américaines, se partagent la maison familiale de Tiger House, où elles se retrouvent chaque été depuis leur enfance. Un été, une découverte macabre secoue leur famille.

C’est bien ? C’est un roman fascinant, à l’ambiance marquée, qui fleure bon l’été. Le lecteur a l’impression d’être avec Nick et Helena, de sentir l’odeur de la crème solaire et des gin tonics, sous le soleil de plomb de Martha’s Vineyard. Derrière cette façade estivale, le lecteur devine cependant rapidement des failles, qui ne font que se creuser au fur et à mesure que le roman donne voix à de nouveaux personnages…

On aime pour… la personnalité trouble de Nick, l’émergence du personnage d’Ed, les petites rivalités et les grandes trahisons, et l’atmosphère si particulière de cette maison de famille, qui semble être à la fois le point d’ancrage de toute la famille, et le lieu où toutes les catastrophes arrivent…

D’autres romans voisins : Maine

Les informations : Tiger House, Liza Klaussmann. Le livre de poche, 2017. Traduit de l’anglais par Sabine Boulongne.

Docteur à tuer, Josh Bazell / Temps passé dans la PAL : 7 ans

Docteur à tuer, Josh Bazell

De quoi ça parle ? Le Dr Brown est médecin à New York et sa journée commence de manière assez inhabituelle : il se fait agresser. Mais, à la surprise du lecteur, il règle le problème en deux temps, trois mouvements, sans aucune difficulté. Il faut dire que Peter Brown n’a pas toujours été un interne prometteur. Autrefois, il a été tueur à gages pour la mafia… Un passé qui semble bien décidé à le rattraper !

C’est bien ? USA Today a comparé ce roman à un croisement entre Dr House et Les Sopranos. Oui, indéniablement, il y a de ça. Ça se lit très bien, avec beaucoup de plaisir, car c’est vif, bondissant, avec un bon rythme. Impossible de s’ennuyer (ce qui est, hélas, le cas avec le second tome, qui m’est tombé des mains).

On aime pour... les apartés du narrateur, qui, en note de bas de page, peut vous expliquer aussi bien un détail anatomique qu’un principe de fonctionnement de la mafia, le tout avec beaucoup d’esprit, l’action omniprésente, le suspense.

D’autres romans voisins : Mange tes morts (pour le personnage principal un peu particulier)

Les informations : Docteur à tuer, Josh Bazell. Jean-Claude Lattès, 2010. Traduit par Denyse Beaulieu.

Un froid d’enfer, Joe R. Lansdale / Temps passé dans la PAL : 4 ans

Un froid d'enfer, Joe R. Lansdale

De quoi ça parle ? Bill a bien des problèmes. Tout d’abord, sa mère est morte dans sa chambre et se décompose lentement. Ensuite, il n’a plus de blé, et l’électricité vient de lui être coupé. Alors Bill a une idée : avec deux potes, il va commettre un braquage. Mais tout dégénère, ses copains perdent la vie, et Bill se retrouve seul dans le bayou. Récupéré par une troupe de freaks, il va commencer sa nouvelle vie dans un cirque itinérant…

C’est bien ? Ce n’est indéniablement pas le meilleur roman de Joe Lansdale (Les Enfants de l’eau noire est bien meilleur, par exemple), et il met régulièrement mal à l’aise, à cause des freaks qui vivent dans la troupe de Frost, et de la manière dont Bill les considère. Cependant, cela se lit sans prise de tête.

On aime pour… le côté poisseux de ce thriller qui nous plonge dans ce territoire apparemment oublié de tous qu’est l’East Texas. C’est le credo de Joe Lansdale, qui prend plaisir à nous décrire ce coin perdu des States en long, en large et en travers, à travers les époques.

D’autres romans voisins : les autres romans de Joe Lansdale, bien sûr, mais aussi Amour Monstre, chez Gallmeister, pour les freaks

Les informations : Un froid d’enfer, Joe R. Lansdale. Folio, 2008. Traduit par Bernard Blanc.

A propos Emily Costecalde 711 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.