Wyld : Rose de sang, un excellent tome 2 !

FANTASY — Après la découverte du très bon premier tome de Wyld, il était difficile de faire l’impasse sur le deuxième tome de la série… d’autant qu’il est de la même qualité !

Six ans se sont écoulés depuis la spectaculaire quête de Gabe le Magnifique et de Saga au coeur du Wyld, pour aller sauver Rose et libérer la cité assiégée dans laquelle elle était coincée. Rose, justement, devenue célèbre, achève la tournée triomphale de Fable, sa roquebande, dans la petite ville où Tam désespère derrière le comptoir de sa taverne, fatiguée de servir des pinte de bière à des aventuriers sans jamais aller, elle, à l’aventure. Lorsque l’opportunité se présente de rejoindre Fable comme barde, malgré la dangerosité d’un tel poste, la jeune fille n’hésite pas une seconde. Cela tombe bien, car une horde de créatures monstrueuses approche dangereusement, lançant tous les mercenaires sur les routes pour la contrer. Pourtant, sous la houlette de Rose, Fable prend le chemin à sens inverse, pour répondre à un mystérieux contrat dans le sud. Voilà Tam lancée dans une quête certes épique, mais qui ne peut connaître que deux issues : la mort ou la gloire.

Six ans ont donc passé depuis la fin du premier tome : les mercenaires que l’on a suivis ont raccroché leurs armes et boucliers et laissent la place à une nouvelle roquebande, Fable, elle aussi lancée dans une quête aussi improbable que suicidaire. Alors, on prend le même scénario et on recommence ? C’est l’impression que laissent les premiers chapitres, mais Nicholas Eames a vraiment réussi à renouveler son intrigue (malgré une trame de base similaire) et à donner à cet opus son identité propre.

Contrairement à ce que à quoi on aurait pu s’attendre, Rose n’est pas au centre du récit : cette place revient à Tam qui, en qualité de barde du groupe, analyse pas mal de leurs pérégrinations. Changement également par rapport à La Mort ou la Gloire : alors que les femmes étaient peu représentées, cette fois les héroïnes sont au centre de l’histoire – puisqu’elles composent la moitié du groupe. Et elles ne sont pas fantoches ! Qu’elles soient des guerrières tendance berserker ou plus sensibles, l’auteur a vraiment fignolé leurs personnages. Chacun des protagonistes a d’ailleurs une véritable identité, et de nombreux arcs narratifs secondaires vraiment intéressants leur sont entièrement dévolus.

L’intrigue, si elle est plus sombre, est tout aussi drôle que la précédente. Elle propose également des axes de réflexion vraiment intéressants, et plutôt surprenants en fantasy, notamment la question de la parentalité, abordée ici sous plusieurs aspects. Il y a les personnages qui sont devenus parents et qui ne réagissent pas nécessairement de la même façon devant ce nouveau statut ; il y a, plus traditionnellement, ceux qui tentent désespérément de se tirer de l’ombre écrasante de leurs parents. C’est vraiment un thème qui traverse toute l’intrigue, traité de façons assez différentes et qui occasionne quelques scènes assez émouvantes.

Nicholas Eames transforme donc l’essai avec ce deuxième tome de Wyld. Comme précédemment, il est lisible indépendamment – mais sera plus savoureux si vous avez lu le premier. L’intrigue, pleine de rebondissements, sait aussi ménager des scènes émouvantes, tout en laissant encore une fois une large place à l’humour et à l’ambiance rock’n’roll. Vivement la suite !

Wyld, tome 2 : Rose de sang, Nicholas Eames. Traduit de l’anglais (Canada) par Olivier Debernard. Bragelonne, janvier 2020. 

A propos Oihana 577 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.