Everyday is a good day : un délicat boy’s love !

MANGA BOY’S LOVE — Noeko Nishi est une mangaka japonaise. On découvre aujourd’hui son one-shot Everyday is a good day, un titre qui s’inscrit dans le style boy’s love !

Toki est un employé de bureau tout à fait classique : il passe sa vie au travail, et tente d’oublier sa peine. Car l’année précédente, sa sœur jumelle et son mari sont décédés, laissant orphelin Asahi, un enfant de trois ans. Traumatisé par la mort de ses parents, le petit garçon n’ouvre plus la bouche et vit désormais chez ses grands-parents. Ceux-ci gagnent justement une croisière autour du monde. Toki leur propose généreusement de s’occuper d’Asahi afin qu’ils profitent de leur voyage… oubliant qu’il n’a pas la moindre idée de comment on s’occupe d’un enfant, encore moins s’il s’agit d’un enfant traumatisé ! C’est sur ces entrefaites qu’il croise la route de Chihiro, un jeune homme qui ne le laisse pas du tout indifférent. Toki pourra-t-il tout gérer en même temps ?

Vous aimez le boy’s love ? Vous êtes au bon endroit. Le genre vous colle de l’urticaire ? Vous êtes également au bon endroit.
Car si romance il y a bien dans Everyday is a good day, elle passe vraiment au second plan. En effet, l’intrigue se concentre plutôt sur la vie quotidienne de Toki, largement perturbée par l’arrivée de son neveu. Et par sa rencontre avec Chihiro ! Outre des sentiments, les deux jeunes hommes partagent un deuil difficile à porter : Toki a perdu sa soeur, Chihiro sa grand-mère, la femme qui l’a élevé. Une expérience difficile à surmonter et qui va évidemment contribuer à les rapprocher. D’autant que Toki, dépassé par ses nouvelles responsabilités, ne tarde pas à se reposer de plus en plus sur Chihiro – lequel a du temps et de la patience à donner à Asahi, qui en a bien besoin.

Noeko Nishi prend son temps pour installer ses personnages, leur vécu, leurs histoires, en alternant présent et quelques scènes issues du passé. On se coule donc doucement dans le quotidien des protagonistes, comprenant peu à peu leurs psychologies. Le récit faisant moins de 200 pages, elle va forcément à l’essentiel, mais sans donner l’impression qu’elle se contente de les caractériser à gros traits, ce qui est bien agréable.
Le récit est entièrement articulé autour des tranches de vie partagées par cette drôle de famille reconstituée : repas, visite au zoo, entrées et sorties d’école, on est vraiment dans leur quotidien. Au fil des pages, la mangaka évoque en douceur des thèmes très forts. Évidemment, il est question d’amour, que ce soit pour un partenaire ou pour sa famille. Mais le manga évoque aussi le deuil et la résilience, ce qui est d’autant plus émouvant que l’on parle d’un très jeune enfant, traumatisé par un fort sentiment d’abandon. Et pourtant, malgré les thèmes difficiles dont il est question, le manga n’est ni triste ni déprimant !

Le trait de Noeko Nishi renforce l’impression de douceur et de bienveillance qui se dégage du récit : des traits clairs, pas plus de détails qu’il n’en faut, un grand soin apporté aux visages, c’est superbe !

Très bonne pioche donc que ce one-shot, qui coche toutes les bonnes cases : une histoire touchante et bien menée qui s’appuie sur une romance attendrissante, le tout servi par un dessin plein de douceur. On guettera les prochaines parutions de Noeko Nishi !

Everyday is a good day, Noeko Nishi. Traduit du japonais par Alexandre Fournier. Akata, novembre 2020. 

A propos Oihana 619 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.