Sin novedad (2018): Un joyau du cinéma indépendant espagnol

Miguel de Miguel
Photographe: Ricardo Ríos. Stylisme: María Jesús de Miguel de Miguel. Tenue: Sandro París, Crockett and Jones et Colinas Álvarez Gómez. Affiche: Jorge Diego Valera

Sin novedad (2018): Un joyau du cinéma indépendant espagnol

« Sin novedad » (Pas de nouvelles) est un film indépendant, un drame social, psychologique et à suspense de 2018, qui a récolté un impressionnant succès critique et de prix dans le monde entier : jusqu’à 80 prix.

C’était le premier long métrage du très jeune Miguel Berzal de Miguel et le retour au cinéma de grands noms du cinéma espagnol tels que Fernando Guillén Cuervo, Silvia Marsó, Gonzalo de Castro, Lola Casamayor et Myriam Gallego. Le premier rôle principal de l’actrice Silvia Espigado et les débuts au cinéma de nombreux autres membres de la distribution, comme Ignacio Jiménez, Lydia Arcos, Alejandro Garrido, Carlos Franganillo et Víctor Cabrera Navarro.

Une curiosité à propos de la distribution est que le chanteur Pablo Alborán voulait jouer le personnage de José. Cela aurait été ses débuts en tant qu’acteur et dans le cinéma. En raison de l’enregistrement de son album, il lui était impossible de le faire et ce personnage a finalement été joué par Nicolás Coronado.

Le long métrage aborde des thèmes tels que la famille, la solitude, l’exploitation du travail, l’abandon, la perte, le mal, la violence domestique, la froideur, l’envie et la folie.

Lauréat de 80 prix. Il a été salué dans des festivals internationaux tels que le festival du film de Västerås (Suède), le Orlando Film Festival (États-Unis), le Social World Film Festival  (Italie), le New York City Independent Film Festival (États-Unis) ou le Dumbo Film Festival (États-Unis) ; il a reçu 19 selecttions aux prix Goya et 7 sélections (dont celle du « meilleur film ») aux prix Forqué (Espagne).

Comme pour « Nomeolvides » (2016) (du même réalisateur), il a été le vainqueur incontesté des Premios Latino 2019 avec 5 Lions d’or : « Meilleur film », « Meilleur réalisateur », « Meilleur scénario », « Meilleure musique originale » et « Meilleure actrice ».

La production, la mise en scène, le scénario, la musique originale, les performances (notamment celles de Silvia Espigado, Fernando Guillén Cuervo, Ignacio Jiménez, Silvia Marsó, Esmeralda Moya et Alejandro Garrido), les costumes, les maquillages, les coiffures et les décors ont été les domaines gagnants.

Le film a été primé en France, au Royaume-Uni, en Italie, aux États-Unis, en Espagne, en Suisse, en Belgique, en Allemagne, au Danemark, en Suède, au Mexique, en Pologne, en Argentine, en Slovaquie et au Canada. Il a remporté le prix du « meilleur film étranger » dans la plupart d’entre eux. Il a également été récompensé en Roumanie, en Irlande, en Norvège, en Corée du Sud, au Chili, en Israël, en Lituanie, en Autriche, à Malte et aux Pays-Bas. Et il a eu l’honneur d’être la seule œuvre espagnole dans plusieurs des éditions des concours auxquels il a participé.

Le buste de l’affiche et la sculpture qui apparaissent dans le film sont l’œuvre de l’artiste Diego Peribáñez et l’un des tableaux (que Lola enveloppe au début du film) est l’œuvre de Teresa Pérez Baró.

Cast : Silvia Espigado (Lola et la mère de Lola), Fernando Guillén Cuervo (Marcos), Ignacio Jiménez (Jorge), Esmeralda Moya (Alba), Silvia Marsó (Lidia), Gonzalo de Castro (Don Alfonso), Lola Casamayor (Rosario), Nicolás Coronado (José), Miryam Gallego (Psychologue), Lydia Arcos (Lola en la infancia), Alejandro Garrido (Jorge en la infancia), Juan Carlos Gandía (Serrurier), Carlos Franganillo (Présentateur) y Víctor Cabrera Navarro (Alfredo).

Miguel de Miguel
Photographe: Ricardo Ríos. Stylisme: María Jesús de Miguel de Miguel. Tenue: Sandro París, Crockett and Jones et Colinas Álvarez Gómez. Affiche: Jorge Diego Valera.

Équipe technique :

Directeur : Miguel Berzal de Miguel.

Scénario/Scénario technique : Miguel Berzal de Miguel.

Société de production et de distribution : Miguel Berzal de Miguel.

Directeur de la photographie : Pablo Bürmann.

Directeur artistique, chef costumier, du maquillage et de la coiffure : María Jesús de Miguel de Miguel.

Musique originale : Javier Berzal de Miguel.

Critiques, commentaires :

AISGE (Espagne) : « Dans l’abîme entre la réalité et les rêves. Le cinéma indépendant de 2018 en Espagne peut être fier de sa nouvelle perle. Drame personnel et puissant du débutant Miguel Berzal de Miguel. Silvia Espigado spectaculaire. Grande Silvia Marsó. Incontournable Lola Casamayor. Le charme et la lumière d’Esmeralda Moya ».

Dances With Films (États-Unis) : « Un drame familial énigmatique qui traite d’un thème profondément humain et quotidien. Des performances très brutes et réelles de la part de tous les acteurs. Une photographie envoûtante, une bande sonore magnifique et une scénographie savamment créée ».

Festival international du film de Cleveland (États-Unis) : « Émotionnellement captivant sur toute la durée du film. Un excellent scénario qui nous fait vivre l’émotion ».

Dumbo Film Festival (États-Unis) : « Un regard pénétrant sur la nature humaine ».

Amsterdam World International Film Festival (Pays-Bas) : « Un film nouveau et merveilleux ».

Cinema New York Film Festival (États-Unis) : « Un film brut et fascinant ».

Washington Film Festival (États-Unis) : « Un film réfléchi, provocateur et brut ».

West Europe International Film Festival (Europe) : « Un thriller éblouissant ».

Eurovision Palermo Film Festival (Italie) : « Il vous captivera du début à la fin ».

The Austria International Film Festival (Autriche) : « Une histoire fascinante sur l’adversité d’une famille ».

Festival Internacional de Cine de Autor de México (Mexique) : « Douleur, amertume et désespoir, interprétés et visualisés de manière exquise et esthétique. Le vrai cinéma ».

Gold Movie Awards (Royaume-Uni) : « Puissant et viscéral. Le cœur bat la chamade. Un tourbillon d’émotions. »

Oklahoma Cine Latino Film Festival (États-Unis) : « A capté notre attention du début à la fin, un voyage palpitant avec des performances puissantes ! »

Julien Dubuque International Film Festival (États-Unis) : « Un film impressionnant ».

Festival Internacional de Cine de Alicante (Espagne) : « Un grand film ».

Västerås Film Festival (Suède) : « Il a réussi à créer un rôle qui cherche la profondeur de manière naturelle ».

Orlando Film Festival (États-Unis) : « Silvia Espigado offre une performance réfléchie et professionnelle dans ce film indépendant et artisanal. Nous soulignons également la photographie et la sélection des plans ».

Lonely Wolf : London International Film Festival (Royaume-Uni) : [Miguel Berzal de Miguel offre une étude cinématographique rare, brute et intime sur la rupture d’un lien ombilical « incassable » entre une mère et son enfant, et l’un des meilleurs films indépendants de l’année].

Melómano Digital (Magazine de musique classique) (Espagne) : « Sin novedad, un film qui plonge dans la douleur (passée, présente et future) qui accable le protagoniste de l’histoire lorsque les photographies du passé (images inertes) convergent dans un présent plein d’ombres. Pour contextualiser l’histoire d’un point de vue musical, le cinéaste a été aidé par Javier Berzal de Miguel, un musicien qui a donné le bon tempo à ces biorythmes qui donnent une continuité aux petites histoires du film. La partition offre des textures qui vont de l’éthéré ou de l’atmosphérique au plus émotionnel, nous mettant toujours du côté du protagoniste. Javier a écrit une œuvre aussi intéressante qu’honnête, qui régit les biorythmes de personnages qui vivent prisonniers de leur passé. La musique sincère du compositeur est crédible et sans prétention, des éléments qui définissent en définitive une bonne musique de film et que le musicien utilise avec un grand sens narratif ».

Informativos Alicante (Espagne) : « Un premier film émouvant ».

Celuloide con alma (Espagne) : [« Sin novedad » est du cinéma espagnol, mais, en même temps, une histoire qui pourrait venir de n’importe quel coin de la planète].

Carles Mesa (RTVE) (Espagne) : « Le poids du passé, la solitude, le mal. Un film plein de solitude, d’absences, de recherches. Parfois, les personnes présentes sont plus absentes que les absents eux-mêmes ».

Magazine culturel « Entreletras » (Espagne) : « Une grande partie de la distribution (Silvia Espigado, Fernando Guillén Cuervo, Ignacio Jiménez, Esmeralda Moya et Silvia Marsó) a été récompensée dans différents festivals internationaux de cinéma. Bien que la plupart d’entre eux soient dans la profession depuis longtemps, Sin novedad a été leur première sélection pour le prix du meilleur acteur aux prix Forqué ou leurs premières séléctions aux prix Goya ».

Cinemagavia (Espagne) : [« Sin novedad » soutenu par de nombreux prix de festivals. Silvia Espigado, qui fait ses débuts en tant qu’actrice principale au cinéma, a déjà remporté 11 prix, dont les derniers lors d’événements prestigieux comme le Västerås Film Festival de 2019, en Suède, et le Orlando Film Festival de 2019, aux États-Unis. Son interprétation dans Sin novedad est la plus récompensée de toute sa carrière artistique].

El Palomitrón (Espagne) : « Une histoire qui se rapproche dangereusement des limites de la folie et du mal. Photographie impeccable de Pablo Bürmann et bande sonore de Javier Berzal de Miguel ».

Manuel Velasco (critique de cinéma Madrid Directo) (Espagne) : « Un film merveilleux avec un casting fantastique ».

Ermonela Jaho (soprano la plus acclamée au monde) : « Miguel Berzal de Miguel, merci pour vos films, qui sont si réfléchis et parlent à tout le monde. Ils sont faits de cœur à cœur. Bravo. »

FilmHaus (Allemagne) : [« Sin novedad » est spectaculaire ! Il nous a complètement subjugués ! Félicitations Miguel Berzal de Miguel pour ton chef-d’œuvre sombre, psychologique et dramatique].

Oslo International Film Festival (Norvège) : « Un film à voir absolument, avec une excellente cinématographie, une histoire et des acteurs magnifiquement combinés à une musique formidable. »

Toronto Film Channel Awards (Canada) : « Une mise en scène puissante et de grandes performances qui en font un film indépendant révolutionnaire qui doit absolument être vu ».

Diario Jaén (Espagne) : « Sin novedad est encensé par les critiques et couvert de prix. […] On le dit très vite, mais la vérité est que le film de Berzal de Miguel a accumulé quatre-vingts prix […] ».

Silvia Espigado : « Des personnages très réels et identifiables, des vies normales de gens ordinaires, mais si nous nous arrêtons pour regarder en profondeur sous l’apparence de la « normalité », nous découvrons l’énorme complexité de l’être humain ».

Fernando Guillén Cuervo : « Honnête, brut, sans prétention, sans complexe, tout un style et une déclaration de principes. Un film réaliste, dur et sans concessions ».

Lola Casamayor : « L’histoire raconte l’histoire de Lola, une femme sombre, dont les fantômes du passé reviennent pour la torturer. Le récit de sa vie entre un travail insatisfaisant et une vie familiale brisée et en crise. De son immense solitude. Et je pense que le scénario a une énorme capacité à piéger le spectateur, à lui donner juste ce qu’il faut comme information, à le maintenir intéressé et intrigué. Je pense que le choix du lieu de travail (cette entreprise de stockage et de livraison, avec ces couloirs et sous-sols inquiétants), ce travail fade, si peu créatif et si peu gratifiant ; les relations avec les collègues, si quotidiennes, réelles et parfois méchantes, cet environnement de zone industrielle, est une réussite. Et je suis fascinée par l’emplacement de la maison de Lola quand elle était enfant. Toute la beauté du passé, que l’on peut encore percevoir même si le temps et la négligence ont fait des ravages. Miguel est très clair sur ce qu’il veut, tant sur le plan visuel dans le film (avec une précision et une propreté impeccables et élégantes) que du point de vue de l’interprétation. Il guide avec beaucoup de sagesse et, bien qu’il y ait des moments où vous arrivez avec une proposition qu’il ne voit pas, ou quand vous êtes surpris par certaines des indications qu’il donne, ensuite, quand vous le faites réellement, vous vous rendez compte que cela fonctionne mieux ».

Esmeralda Moya : « Ce fut un projet passionnant, réalisé avec émotion par toute l’équipe et surtout par Miguel Berzal de Miguel lui-même. Il est admirable de nos jours qu’un réalisateur aussi jeune et talentueux ait le courage de réaliser un projet en partant de zéro, en endossant toutes les responsabilités. En outre, il est un génie du drame social, créant et mettant en scène des personnages très extrêmes dans lesquels il fait vivre des sentiments très communs avec une sensibilité particulière, sans jugement et avec affection. C’est l’une des plus belles expériences de ma carrière ».

Oniros Film Awards (Italia) : « Un travail extraordinaire et vos prix sont vraiment bien mérités ».

Festival du film Eurocinema (Suisse) : « Un film bien écrit qu’il faut absolument voir ! ».

Global Music Awards (États-Unis) : « Travail de grande qualité. Votre partition est puissante car elle crée un drame émotionnel qui renforce votre film ».

Vegas Movie Awards (États-Unis) : « Nous avons vraiment adoré, et nous attendons avec impatience de recevoir d’autres grands projets de votre part dans un futur proche ! ».

Meraki Film Festival (Allemagne) : « Excellent jeu d’acteur et direction artistique. Une histoire très intéressante ».

Festival International de Cannes (France) : « Un film profond et qui donne à réfléchir ».

World Film Fair (États-Unis) : « Frais et innovant avec une histoire captivante ».

Rome Film Awards (Italie) : « Un film fantastique qui donne à réfléchir et dont l’intrigue est bien écrite. »

Malta Film Festival (Malte) : « Un excellent travail cinématographique avec une intrigue fascinante qui vous tiendra en haleine du début à la fin ! »

Los Angeles Global Entertainment Market (États-Unis) : « Un film intriguant, qui fait réfléchir ».

Todos en Libertad (Espagne) : « Un chef-d’œuvre ».

Capital Filmmakers Festival Madrid (Espagne) : « Il nous a maintenu en tension tout au long du film ».

Cult Movies International Film Festival (Royaume-Uni) : « Nous adorons Silvia Espigado et Esmeralda Moya. Leurs interprétations sont excellentes. Nous aimons la lumière et le regard du réalisateur, il sait comment troubler et intéresser les spectateurs ».

Miguel Berzal de Miguel est un jeune talent espagnol qualifié par le célèbre chef d’orchestre allemand Christian Schumann d’ « âme artistique » (« An artistic Soul »).

Ce jeune homme développe parallèlement sa carrière d’écrivain, de réalisateur et de ténor : quatre livres, quatre films et une puissante voix métallique.

En tant qu’écrivain, il convient de mentionner El refugio (parmi les meilleures ventes de la Casa del Libro à l’été 2012 et salué par la critique après sa seconde édition en 2022), Entre parientes (finaliste du « Premio Gregorio Samsa 2016 »et best-seller du Salon du livre 2017), Las horas muertas (finaliste des « X Premios Literarios Ediciones Oblicuas » et parmi les 10 meilleures ventes en Espagne à l’automne 2021) et Náuseas & La hiedra (maison d’édition Ápeiron Ediciones, 2019).

En tant que réalisateur et scénariste, il a réalisé quatre films (trois courts métrages et un long métrage) : Cuidar a Ruth (2014), Un encuentro (2015), Nomeolvides (2016) et Sin novedad (2018), avec lesquels il a reçu les éloges du jury, des critiques et du public de plusieurs compétitions internationales de cinéma parmi les plus importantes du monde, comme le Festival international du film de Cleveland, le Festival du film HollyShorts, le Festival international du film de Palm Springs, Dances With Films ou le Festival du film de Västerås. Sin novedad (2018) a reçu 19 sélections pour les prix Goya 2019 et 7 sélections pour les prix Forqué (dont celui du « meilleur film »). Après sa sortie en salle, le prestigieux média culturel espagnol AISGE l’a qualifié de fleuron du cinéma indépendant espagnol et il a remporté jusqu’à 80 distinctions.

Du côté de la télévision, il a travaillé dans la célèbre série Amar es para siempre pendant trois saisons. Il a également travaillé comme présentateur pour une chaîne écologiste.

Sa carrière de ténor lyrique n’en est qu’à ses débuts. Il s’est formé auprès de grandes figures de la musique comme le grand baryton Rodrigo Esteves (dont il est l’unique élève), le grand ténor Charles Castronovo (dont il est l’unique élève permanent), le grand baryton-basse Andrew Foster-Williams, le compositeur Javier Berzal de Miguel (l’un des plus jeunes candidats aux prix Goya pour la « meilleure musique originale » de l’histoire du cinéma espagnol), le pianiste virtuose Pablo Arencibia et l’organiste et compositrice María Luisa Arencibia.

« Sa voix métallique particulière et puissante transperce le cœur comme un couteau et fait frissonner » (Film Daily News, États-Unis).

« Sa voix métallique caractéristique trahit la profondeur de son émotion, comme l’ont constaté le grand ténor Charles Castronovo et le grand baryton Rodrigo Esteves. Miguel Berzal de Miguel est un artiste aux multiples facettes qui a toujours affronté la vie, la transformant en art, la déclinant sous toutes ses facettes envoûtantes. Ses ambivalences artistiques s’expriment pleinement à travers ses œuvres captivantes, intenses et évocatrices ». (Luxury Investment Magazine, Suisse).

A propos Kévin Costecalde 338 Articles
Passionné par la photographie et les médias, Kévin est chef de projet communication. En 2012, il a lancé le blog La Minute de Com, une excellente occasion selon lui d'étudier les réseaux sociaux et l'actualité. Curieux et touche-à-tout, Kévin aime les challenges, les voyages et l'ironie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.