C'est tout chaud !

Phobos, speed-dating spatial !

Phobos, Victor Dixen, Robert Laffont

Victor Dixen a déjà quelques titres à son actif, dont les remarqués Animale (dont la suite sort bientôt) et Le Cas Jack Spark, tous deux récompensés du Grand Prix de l’Imaginaire Jeunesse, ce qui n’est pas rien !
En ce début d’été, il revient avec le début d’une série de science-fiction pour les adolescents, publiée dans la collection R de Robert Laffont : Phobos.

Phobos, vous le connaissez peut-être : c’est le plus grand des satellites de Mars. Et Mars, on le sait tous, excite l’imaginaire de chacun : tout le monde rêve du jour où l’on mettra le pied sur la planète rouge.
Justement, ce jour est tout proche ! Depuis que le président américain Green s’est mis à liquider les institutions et que la NASA a été rachetée par un fonds d’investissement privé, Mars se rapproche un peu plus chaque jour. Atlas, le nouveau propriétaire des labos, a mis sur pied une mission pas comme les autres : au lieu d’envoyer des cadors de l’espace à la conquête de la galaxie, Atlas a sélectionné 12 jeunes gens, chargés d’établir la première colonie martienne… et de s’atteler au développement et au peuplement. Mais pour pimenter un peu l’affaire, la mission est une gigantesque télé-réalité diffusée par la chaîne Genesis. Durant tout le voyage, les jeunes auront 6 minutes par jour pour des speed-dating leur permettant de se découvrir, se jauger, se classer les uns les autres et, au final, dégotter leur future moitié. Les téléspectateurs sont invités à remplir les cagnottes des candidats, leur permettant ainsi, à l’arrivée, d’acheter le meilleur matériel qui soit.
À bord, il y a donc Léonor (notre protagoniste!), sa meilleure amie Kris, Fangfang (la doyenne), Safia (la benjamine), Elizabeth et Kelly. Côté garçons, il y a Tao, Marcus, Samson, Mozart, Kenji et Alexeï.

Voilà comment ça se passe sur le papier.

Phobos, Victor Dixen, Robert Laffont

Le roman est découpé suivant différents points de vue, mais qui ne sont pas choisis suivant les narrateurs ! Victor Dixen choisit plutôt l’angle de la caméra. Ainsi, on suit l’action du « Champ », à savoir ce qui se passe sur le Cupido, le vaisseau affrété par Atlas ; on assiste également à l’action du « Contre-champ », dans les coulisses de la chaîne Genesis, où l’on découvre un envers du décor assez peu reluisant ; enfin, on suit un personnage extérieur à la mission, Andrew, qui flaire les problèmes et erre dans le « Hors-champ ». Le jeu sur les angles de vue induit un gros suspens car… on apprend très vite dans le contre-champ que les apprentis astronautes sont condamnés à mourir peu de temps après avoir atterri sur la planète ! De roman science-fictif, on passe donc à un huis-clos plein de tension. D’autant que Léonor, notre protagoniste décide dès le départ de fausser légèrement la règle du jeu en restant maîtresse de ses sentiments et émotions, alors que les autres prétendantes cèdent à leurs hormones et fantasmes en délire. Léonor parviendra-t-elle à garder la tête froide et à ne pas se laisser manipuler par ses compagnes ou les prétendants ? Difficile à dire.

Bien que le roman manque d’un angle de vue qui nous placerait dans le compartiment des garçons, on prend rapidement fait et cause pour les apprentis astronautes, surtout après avoir découvert à quel point les dés qu’on leur a donné sont pipés.

En filigrane de l’affaire purement sentimentale, il n’est pas difficile de lire un portrait au vitriol de l’entreprise du divertissement en général, de la téléréalité en particulier, de la façon dont sont manipulées images et personnes pour produire du chiffre, avec toutes les conséquences fatales que l’on imagine – et elles sont particulièrement nombreuses dans Phobos.

C’est donc sous les meilleurs auspices que débute Phobos. Aux interrogations du voyage, clairement mises en scène ici, devraient suivre les affres de la colonisation dans les jalons posés par Atlas. Heureusement que le tome 2 sort en novembre, il sera bien difficile d’attendre jusque-là !

Phobos, tome 1, Victor Dixen. Robert Laffont (R), juin 2015. 

A propos Oihana (434 Articles)
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check out cafe-powell.com setTimeout (ga(‘send’, ‘event’, ‘eventCategory’, ‘eventAction’), millisecondes);