C'est tout chaud !

Les Neuf Cercles : voyage au bout de l’enfer

A Whytesburg, petite bourgade du Mississipi, il ne se passe jamais rien. On y vit paisiblement, et tout le monde connaît tout le monde. Le shérif, John Gaines, a plus l’habitude des chats coincés dans les arbres et du tapage nocturne que des meurtres. Mais cette quiétude apparente n’est qu’un leurre : un corps vient d’être retrouvé au bord de la rivière, celui de Nancy Denton, disparue vingt ans auparavant, en 1954. Bien qu’enterrée depuis deux décennies, l’adolescente est miraculeusement préservée. L’autopsie révèle cependant l’horreur : son cœur a été arraché et remplacé par un serpent se mordant la queue.

Pour John Gaines, shérif inexpérimenté et vétéran du Vietnam traumatisé, cette affaire devient bientôt un combat personnel. Profondément touché par le triste destin de Nancy Denton, le shérif est prêt à tout pour démêler les fils de cette atroce histoire, quitte à outrepasser parfois la loi. Alors qu’il supervise l’exhumation du corps, il est bien loin de se douter dans quel nid de serpents il met les pieds.

Les neuf cercles, R.J. Ellory, Sonatine

Dans l’atmosphère étouffante du Vieux Sud, dans un monde où le Klan, bien qu’en perte de vitesse, continue à mener la danse, et où le vaudou influence encore bon nombre de comportements, Gaines mène une enquête difficile et frustrante. Freiné par un système judiciaire corrompu, il peine à mettre en lumière les tenants et les aboutissants de l’affaire : il faut de plus se souvenir que la disparition de la petite Denton date d’il y a vingt ans. Nombre des témoins de l’époque sont morts… Mais Gaines est tenace, et souhaite plus que tout obtenir justice pour la jeune morte… quitte, pour cela, à tourner parfois le dos à la loi. R.J. Ellory produit ici une réflexion intéressante : la loi est-elle toujours juste ? Non, pas tout le temps. Gaines se retrouve pieds et poings liés, la procédure juridique n’étant pas de son côté…

Constamment sous pression, devant de surcroît faire face à la maladie de sa mère, notre shérif est hanté par ses souvenirs du front, ravivés par l’affaire Denton. Cauchemars et pensées macabres continuent de le harceler : Ellory nous livre fréquemment des réflexions sur la guerre du Vietnam, et le traumatisme vécu par les soldats. Gaines pense constamment à ce qu’il a vécu à l’autre bout du monde, il songe aux soldats qu’il a côtoyé et parfois vu mourir, il se souvient des morts atroces qu’il a pu observer, et parfois même provoquer. Gaines a ramené la guerre avec lui : il songe souvent que les horreurs qu’il a pu voir au Vietnam l’ont suivi à Whytesburg, et en conçoit une certaine culpabilité. On le sent sur le fil, parfois sur le point de basculer. L’histoire d’un de ses suspects, Michael Webster, fait écho à la sienne. Vétéran de la seconde guerre mondiale, Webster n’a jamais réussi à passer outre ses souvenirs, et la culpabilité du survivant, ce qui l’a peu à peu mené aux portes de la folie.

Plus que l’enquête policière, qui souffre de quelques longueurs, ce sont pour les états d’âme du héros, et ses réflexions sur la guerre du Vietnam, que l’on vous conseille Les neuf cercles. L’ambiance, lourde, poisseuse, chargée de superstitions, contribue à faire de ce roman une histoire très sombre, très réussie. Un très bon polar, à conseiller même à ceux qui ne sont pas d’ordinaire friands du genre.

Les neuf cercles, R.J. Ellory. Sonatine, 2014. Traduit de l’anglais par Fabrice Pointeau.

A propos Emily Costecalde (641 Articles)
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.
Contact :Twitter

1 Commentaire le Les Neuf Cercles : voyage au bout de l’enfer

  1. J’aimerais beaucoup le lire, j’adore l’auteur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*