C'est tout chaud !

L’Invention des ailes, une fresque historique comme on les aime !

Son nom ne vous dira probablement rien, à moins que vous n’ayez étudié l’histoire américaine, et ses héroïnes. Sarah Grimké fut pourtant une abolitionniste et une féministe de la première heure, dont les discours et les écrits ont marqué durablement l’époque : Sarah Grimké a probablement été au XIXe siècle une des femmes les plus honnies d’Amérique ! Lors que Sue Monk Kidd découvre par hasard l’histoire de Sarah, et de sa sœur Angelina, elle décide de leur consacrer un roman, s’étonnant que leur histoire n’ait pas marqué plus durablement la postérité. Et quel roman ! L’Invention des ailes court sur plusieurs décennies et nous plonge aussi bien dans l’histoire d’une famille que dans celle du pays tout entier.

Si Sarah Grimké est un personnage tout ce qu’il y a de plus réel, et que les grandes lignes de sa vie sont connues, Sue Monk Kidd décide de broder et de faire de Hetty Handful, la jeune esclave qu’on offre à Sarah pour ses onze ans un des personnages principaux de son récit. La jeune Hetty a bel et bien existé, mais l’Histoire ne dit rien d’elle, si ce n’est qu’elle meurt très jeune. Sue Monk Kidd décide donc de lui « rendre la vie » et d’imaginer son quotidien.

Née dans une riche famille de Charleston, dans une famille déjà nombreuse, Sarah se révolte dès le plus jeune âge contre l’esclavage, à l’heure, et en un lieu où les abolitionnistes sont rares ! Studieuse, éprise de liberté, la jeune fille rêve de devenir avocat : un désir irréalisable pour une jeune Américaine au tout début du XIXe siècle ! La jeune Sarah regarde avec dépit ses frères réaliser chacun à leur tour son rêve en devant des hommes de loi, alors que ses parents la destinent à devenir une ménagère de plus…

Pour le onzième anniversaire de Sarah, sa mère lui offre une jeune esclave, Hetty Handful, destinée à être sa servante personnelle. La coutume est solidement ancrée dans la famille, pourtant Sarah fait sensation en refusant le cadeau maternel. Ne tenant pas compte des convictions de sa fille, Mme Grimké fait donc de Sarah une esclavagiste malgré elle. Sarah et Handful vont donc devoir se côtoyer pendant de nombreuses années, et une authentique amitié va naître entre les deux fillettes. En miroir, Sue Monk Kidd va nous narrer leur histoire, celle de deux femmes en quête de liberté : si celle dont Handful rêve est physique, celle que revendique Sarah est spirituelle. Nées à une époque qui leur nie toute liberté, pourtant un des sacro-saints principes de la déclaration américaines (Life, liberty and the pursuit of happiness), les jeunes femmes vont essayer, chacune à leur manière, de briser le carcan qui les bride.

L'Invention des ailes, Sue Monk Kidd, Jean-Claude Lattès

Dans un monde patriarcal, qui nie le libre arbitre des femmes et leur droit à mener la vie de leur choix, Sarah va prouver à tous et à toutes qu’elle peut exprimer haut et fort ses idées, en dépit du trouble d’élocution dont elle souffre depuis l’enfance. Rejetant l’idée même d’une vie conventionnelle – avec époux et enfants, Sarah s’engagera pour ses convictions, même si pour cela elle doit renoncer à sa famille, et à sa ville pour qui elle deviendra un sujet de honte et de colère. Après avoir douloureusement appris que son sexe la condamnait à une éducation très sommaire et à des perspectives très étroites, la jeune femme se résigne à son sort dans un premier temps, avant de se battre pour ses idéaux.

Sous la plume de Sue Monk Kidd, c’est l’Histoire qui renaît : nous découvrons les rues du Charleston du début du XIXe siècle, le quotidien d’une grande maison du vieux Sud, la terrible réalité de l’esclavage, mais également les possibilités de révolte qu’offrait l’époque : par les armes comme certains esclaves l’ont rêvé, par les mots comme Sarah le souhaitait. C’est un roman très complet, qui offre un portrait dense et nuancé d’une époque.

L’Invention des ailes, Sue Monk Kidd. Jean-Claude Lattès, 2015. Traduit de l’anglais par Laurence Kiefé.

Vous aimerez L’Invention des ailes si vous avez aimez Le Voyage de Ruth !

A propos Emily Costecalde (592 Articles)
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.
Contact :Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Check out cafe-powell.com setTimeout (ga(‘send’, ‘event’, ‘eventCategory’, ‘eventAction’), millisecondes);