C'est tout chaud !

Le Jardin des Épitaphes, un road-trip nerveux sur fond rock

POST-APOCALYPTIQUE — Vous connaissez peut-être Taï-Marc Le Thanh pour son adaptation de Cyrano (ou pour d’autres albums), avec Rébecca Dautremer au dessin, ou sa série jeunesse Jonah. L’auteur-illustrateur a publié à la rentrée, toujours chez Didier Jeunesse, un roman post-apocalyptique adolescent nerveux à souhait et au titre puissamment évocateur : Le Jardin des Épitaphes.

Suite à une série de catastrophes, délicatement appelée « épitaphes » par Turbine, notre narrateur, le monde se retrouve plongé dans le chaos. Turbine, comme le surnomment son frère et sa sœur, juste adolescent, se retrouve en charge de son petit frère (Poisson-Pilote) et de sa petite sœur (Double-Peine) qu’il a récupérés à Paris. Turbine possède d’étranges capacités, à la limite des super pouvoirs. Turbine souffre également d’une grosse amnésie : il se souvient bien de sa famille, de ce qu’il a fait dans son enfance et dans sa jeunesse mais, pour les deux dernières années, rideau. Mais ce qu’il sait, c’est qu’il a la capacité de sauver son frère et sa sœur et de retrouver leurs parents. Alors direction le Portugal, seul endroit où il est encore possible de prendre le bateau pour retrouver les parents, qui étaient en voyage à San Francisco au moment de la catastrophe.
Et ça ne va pas être de la tarte. Car les épitaphes ont remodelé le monde : on y trouve donc des zombies (près des cours d’eau), des machines tueuses, des hommes dont la folie a crevé le plafond, des mutants de toutes sortes, et tout un tas d’autres joyeusetés à venir.

Taï-Marc Le Tanh, Didier Jeunesse, Le Jardin des Épitaphes, Celui qui est resté debout

Turbine, Poisson-Pilote et Double-Peine partent donc de Paris, à pied, via les voies du RER B, afin de rejoindre le Portugal. Et le road-trip est particulièrement prenant : entre les trains, automates et autres Photomatons prêts à tout pour les arrêter, les types échappés des asiles ou des sectes et les zombies en goguette (des zombies type « Romero » et d’autres type « Snyder » (des noms des deux réalisateurs qui préfèrent soit les zombies lents, soit les zombies rapides), on peut dire que le voyage n’est rien moins que pas mal mouvementé. Mouvementé et fort de multiples inspirations : on passe de L’Armée des Morts à Mad Max, en faisant un crochet par Terminator et… cela fonctionne à merveille. Taï-Marc Le Thanh semble avoir pioché dans tous les récits post-apo de la culture pop pour faire un mélange aussi atypique que réussi : en somme, on retrouve tous les grands motifs du genre, mais agencés de telle façon qu’on se dégage des clichés. Bref : c’est excellent !

De plus, Turbine est un as de la castagne, qu’il ne pratique qu’après avoir soigneusement bandé les yeux des enfants et leur avoir fait cacher leurs oreilles, suivant ainsi à la lettre une des nombreuses règles qu’il s’est fixées. Car Turbine est un garçon très organisé, au cerveau recelant de multiples capacités, comme rédigées sur des fiches qu’il peut ressortir à loisir, agrémentés de quelques règles immuables – parmi lesquelles « Ne jamais se battre devant les enfants », « Avoir plusieurs cris de guerre » ou « Toujours vérifier que ses lacets sont bien faits », une règle plus sage qu’il n’y paraît en cas de fin du monde.

L’aventure est ponctuée de la délicieuse bande-son pop-rock que les enfants écoutent pour se mettre du baume au cœur, se remonter le moral ou simplement souligner leurs aventures. Le Jardin des Epitaphes est un roman nerveux, bourré d’énergie et qui dépoussière efficacement les clichés du genre. Mais pas que ! C’est également une histoire émouvante, où il est question de famille, de fratrie et de ce qu’on est prêt à faire pour sauver les siens. Cela donne, au final, un roman riche à la fois en péripéties et en scènes touchantes, dans un juste équilibre.

Si, à la fin de cet opus, les enfants ont atteint leur premier objectif, l’aventure est loin d’être terminée (et on imagine que la suite sera, elle aussi, parsemée d’embûches). Il reste également à Turbine à déterminer qui il est au juste. En somme : on attend beaucoup du second tome !

Le Jardin des Épitaphes, tome 1 : Celui qui est resté debout, Taï-Marc Le Thanh. Didier Jeunesse, septembre 2016. 

A propos Oihana (428 Articles)
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*