C'est tout chaud !

Boneshaker : entrez dans le Siècle mécanique !

STEAMPUNK — Cherie Priest s’est fait connaître avec sa série Eden Moore, laquelle mettait en scène des fantômes, dans le Sud des Etats-Unis, avant de passer au steampunk avec Le Siècle mécanique, dont le premier tome, Boneshaker, a été nommé pour les prix Hugo et Nebula et a remporté les prestigieux prix Locus et PBNA.  

1880. Cela fait plus de deux décennies que la Guerre Civile américaine fait rage, poussant les avancées technologiques dans d’étranges et terribles directions. Dans le ciel, des dirigeables de combat ; dans les tranchées, des véhicules blindés. La nation américaine divisée est peuplée de villes exsangues et de scènes de dévastation, causées par l’homme ou par des forces défiant l’entendement. Ainsi, Seattle baigne dans un gaz nauséabond, qui a exterminé la quasi-totalité de la ville. Depuis, celle-ci est cernée d’un mur infranchissable et peuplée de Pourris, ces personnes décédées mais qui s’accrochent, malgré tout, à la vie et dévorent les humains assez fous pour s’aventurer dans les ruines de Seattle. Tout cela, c’est de la faute d’un terrible scientifique, Leviticus Blue, qui a conçu la machine à l’origine des difficultés de Seattle.
Des années après le massacre, Briar Wilkes, la veuve de Leviticus Blue, se ronge les sangs pour Zeke, son fils. Celui-ci s’est, en effet, échappé pour aller errer dans Seattle, dans l’espoir de trouver des preuves de l’innocence de son défunt père.
Briar a surmonté bien des choses. Ce ne sont pas quelques contrebandiers et quelques zombies qui vont l’effrayer. Elle est la seule qui pourra ramener son fils vivant et elle va le faire.

Le Siècle mécanique, Boneshaker, Cherie Priest, Le Livre de Poche

Boneshaker est la porte d’entrée d’un univers résolument steampunk, au sein duquel il est difficile de s’ennuyer. Le récit est assez lent, car il faut plus de quelques chapitres à Cherie Priest pour présenter efficacement son univers ; mais cette lenteur n’a rien de préjudiciable, au contraire ! Elle nous permet de mieux comprendre les tenants et aboutissants de la situation : comment l’ex-mari de Briar lui complique définitivement la vie ; comment son défunt père, ce héros, ne la lui rend pas plus facile ; comment Zeke, enfin, ne peut qu’être assoiffé de reconnaissance et d’informations. Autour de ce quatuor familial (dont deux membres sont décédés, mais ont autant, si ce n’est plus d’importance que les autres !), gravite une galerie de personnages hauts en couleurs. Il y a le capitaine Cly (et tous les autres pirates et contrebandiers du ciel), il y a le terrible et angoissant Dr. Minnericht, il y a Swakhammer, Lucy, la princesse et bien d’autres encore, auxquels on s’attache peu à peu.

De plus, l’univers est d’une richesse incroyable. S’y côtoient des pirates de l’air, des Chinois en charge des soufflets de la ville (venus lors d’une grande vague migratoire et en butte aux mêmes préjugés que de nos jours, dans notre société), des contrebandiers de tous poils, des scientifiques de génie mais aux buts parfois inavouables, des gens qui tentent de survivre et, bien sûr, des zombies. Tout ce petit monde s’affronte, se cherche des noises, noue des relations et des complots, le tout dans une ambiance qui fleure bon la vapeur, la graisse à fusil et la fumée produite par les lampes.
Le fait est qu’on ne voit pas passer les quelques 600 pages de ce petit pavé ! C’est aussi grâce au style de Cherie Priest, fluide et enlevé, qui nous embarque littéralement à la suite de Briar.

La quête de Briar est particulièrement touchante, d’ailleurs, comme l’est celle de Zeke. Ces deux-là se cherchent, se perdent dans les méandres de la ville, font des rencontres incroyables, dangereuses ou enrichissantes, pour le meilleur ou pour le pire.

Le Siècle mécanique est, sans aucun doute, un des monuments du steampunk ! Le roman se dévore en moins de temps qu’il n’en faut pour s’en apercevoir et, une fois la dernière page tournée, on en redemande !

Le Siècle mécanique, tome 1, Boneshaker, Cherie Priest. Le Livre de Poche, 24 août 2016. Traduit de l’anglais par Agnès Bousteau.

A propos Oihana (437 Articles)
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*