C'est tout chaud !

Hope & Red : un début de saga épique !

L'Empire des tempêtes, Hope & Red, Jon Skovron, Bragelonne

FANTASY — Jon Skovron est un homme aux multiples casquettes. Après avoir été acteur, musicien, maître-nageur, assistant dans une billetterie de Broadway, ouvrier dans un entrepôt, rédacteur technique et concepteur de sites internet, il a ajouté l’écriture à ses talents. Et c’est avec le très bon premier tome de la série L’Empire des tempêtes, intitulé Hope & Red, que nous l’avons découvert.

Hope est l’unique survivante du massacre de son village, loin dans les îles Méridionales, dévasté par les terrifiant biomanciens, serviteurs mystiques de l’empereur. Recueillie par un moine-soldat de l’ordre Vinchen, Hope a suivi un entraînement secret – normalement réservé aux hommes – qui a fait d’elle une guerrière impitoyable, seulement mue par son désir de vengeance.
Du côté de Red, ce n’est guère plus brillant. Red est un orphelin des beaux quartiers, adopté par Sadie la Teigne, ancienne mercenaire issue de la pègre. Sous sa houlette, le jeune homme aux yeux rouges – signe de l’addiction à l’épice corallienne de sa défunte mère – est devenu un voleur et un escroc talentueux.
Mais tout ne va pas pour le mieux dans la riante cité de Laven-la-Nouvelle et les circonstances vont faire se croiser Hope et Red. Les voilà qui vont se retrouver au coude à coude, souvent pour le meilleur… mais surtout pour le pire.

Jon Skovron ouvre son roman sur les enfances désastreuses de Hope et Red, passant de l’un à l’autre, nous faisant découvrir comment l’un et l’autre se sont retrouvés totalement démunis et comment, peu à peu, ils ont pris le contrôle sur leurs existences avant de, finalement, se rencontrer. Le roman démarre donc en douceur puisque les étincelles n’arrivent vraiment qu’à partir du moment où les deux jeunes gens se retrouvent au même endroit, fourrés dans les mêmes ennuis. Mais, pour autant, le début du roman n’est ni ennuyeux, ni fade. On saute d’un enfant à l’autre de façon assez fluide, on découvre comment ils ont forgé leurs caractères et, mine de rien, les parcours de l’un et l’autre servent à dessiner les contours (encore lointains, certes), d’un univers assez complexe.

Manifestement, dans la partie du monde dans laquelle Hope et Red grandissent, l’environnement est surtout maritime. On dénote pléthore d’îles, îlets et autres archipels, chacun ayant ses caractéristiques, ses points d’intérêt ou ses dangers. Et qui dit beaucoup d’eau dit beaucoup de bateaux – avec leurs contingents de soldats, corsaires et autres pirates en goguette. Le roman offre ainsi son lot de batailles navales, de courses-poursuites maritimes et d’acrobaties dans les mâtures : et c’est particulièrement prenant ! Autre point très prenant : l’univers est composé de castes quasi hermétiques et donne l’impression, assez violente, que les gens sont prédestinés et ne pourront jamais s’en défaire. Du fait du statut des personnages principaux, on évolue essentiellement dans la pègre (voire dans la pègre de la pègre), mais on fait aussi quelques crochets par les quartiers des nantis, par l’ordre des moines-soldats… ou dans celui des redoutables biomanciens, sortes de créatures à mi-chemin entre les magiciens maléfiques et les scientifiques fous. Pas difficile, du coup, de deviner qui sera l’opposant principal ! Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, le schéma et l’histoire sont loin d’être manichéistes.
Là encore, Jon Skovron parvient à se défaire des lieux communs du genre : au lieu de nous dépeindre simplement une histoire de vengeance, il parvient à faire passer celle-ci en toile de fond et à nous offrir le tableau de la vie quotidienne, particulièrement mouvementée, des deux protagonistes. Du coup, le roman atteint une sorte d’intimité avec les personnages qui s’avère particulièrement prenante !

L'Empire des tempêtes, Hope & Red, Jon Skovron, Bragelonne

Il faudrait aussi parler des thèmes assez surprenants qui surgissent au détour d’une phrase. Outre les poids lourds du genre (lutte des classes, asservissement, etc.), on note quelques préoccupations plus originales dans le genre : transsexualité, sexisme, droits des femmes… Alors, certes, ce n’est pas le propos central et, bien souvent, c’est évoqué seulement en passant, mais cela change agréablement.

Avant de vous lancer aveuglément dans cette lecture aussi palpitante qu’imaginative, il faut encore que je vous touche un mot du style ! Jon Skovron a donc choisi de placer son intrigue dans les bas-fonds. Et, histoire de pousser le réalisme jusqu’au bout, les dialogues sont écrits dans cet argot typique de Laven-la-Nouvelle, composé d’inventions syntaxiques et de choix de vocabulaires inédits et surprenants. Alors, pas de panique : c’est coloré, inventif, souvent assez drôle, mais pas besoin d’avoir un diplôme en linguistique pour profiter de toutes ces petites inventions, tout finit par faire sens. De plus, le roman s’achève par un lexique répertorié par un aristocrate curieux dont les définitions et observations valent, à elles seules, leur pesant d’or. En toute honnêteté, la façon dont parlent les personnages fait une grosse partie du sel du roman !

Pour une première immersion dans un univers et une porte d’entrée sur des personnages et une intrigue, Hope & Red est très efficace. On découvre personnages, univers et éléments clefs au travers d’une intrigue épique à souhait. Vivement la suite !

L’Empire des tempêtes, tome 1, Hope & Red, Jon Skovron. Bragelonne, 15 mars 2017. Traduit de l’anglais par Olivier Debernard. 

 

A propos Oihana (415 Articles)
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*