L’Initiation, Diane Duane

1997. Parution du premier tome d’Harry Potter. On a alors l’impression de découvrir et la littérature jeunesse, et les aventures d’écoliers-sorciers, et les deux sont bien plus passionnantes que ce qu’elles semblaient. Depuis, la production n’a jamais cessé, et son succès ne se dément pas : L’Épouvanteur (Joseph Delaney, Bayard), Le Livre des Étoiles (Erik L’Homme, Gallimard), ou Le Cercle des jeunes élues (Sara B. Elfgren & Mats Strandberg, JC Lattès) explorent les arcanes de la magie. Mais bien avant cela, dans les années 80, Diane Duane explorait déjà le genre, aux États-Unis, avec une série qui comporte maintenant plusieurs tomes, et n’en est pas à sa première réédition : Wizards, série à succès Outre-Atlantique, débarque enfin en France, aux toutes jeunes éditions Lumen.

Junita déteste l’école. Pas parce qu’elle est mauvaise élève, non. Plutôt parce qu’elle est bonne élève, et se fiche pas mal de suivre la mode, ou les princesses du collège. Du coup, celles-ci le lui font payer : brimades, humiliations, insultes… le quotidien de Juanita n’est pas bien rose. Un soir, en tentant d’échapper à ses tortionnaires, elle se réfugie à la bibliothèque municipale, dont elle connaît chaque recoin. Arpentant les travées en attendant le bon moment pour ressortir, elle se perd dans la contemplation des titres… et tombe sur un exemplaire inconnu : Comment devenir un sorcier en 10 leçons, un livre qui semble très sérieux, et très bien fait. Amusée, Nita l’emprunte, et se plonge dans sa lecture, persuadée de tomber sur un ouvrage humoristique. Mais ce n’est pas une blague. Loin de là. Et Nita ne tarde pas à découvrir qu’elle n’est pas mauvaise en magie. Et que le collège pourrait bien receler un autre apprenti sorcier bien dissimulé… !

51RoM3hWPuL._

Wizards a ceci d’original que, pour une fois, les aventures de nos deux sorciers en herbe se déroulent loin de l’univers scolaire : grâce à leur manuel, dont les chapitres s’alimentent seuls et selon les besoin des étudiants (avouez que vous en avez toujours rêvé !), nos deux ados progressent à leur rythme, et apprennent ce dont ils ont besoin. Voilà qui laisse l’occasion de se concentrer uniquement sur l’aventure des deux personnages.
Celle-ci part d’un événement somme toute banal, mais dont les conséquences ne tardent pas à prendre des proportions extrêmes ! Rapidement, on oscille entre deux univers : le nôtre, mâtiné de magie et de choses proprement extraordinaires, et son double maléfique, nettement plus sombre, glauque et dangereux. C’est là que la plupart des aventures vont se dérouler. Quel que soit l’univers, tout interagit grâce à la magie : nos deux apprentis peuvent donc tenir des conversations tout à fait normales avec des arbres, des véhicules, ou encore des cailloux. Et tout cela grâce à un langage particulier, le Discours, dont l’apprentissage se fait dans le manuel.

L’univers est quelque peu manichéen : d’un côté un monde quasi-normal, de l’autre un univers très sombre, gouverné par un type encore plus sombre et détestable. De plus, les deux jeunes sorciers se trouvent rapidement dans la position des seuls personnages aptes à régler la tortueuse situation qui se présente à eux : mais il faut songer qu’en trente ans, le genre a tout de même évolué !
Si, par ces aspects, on sent que Wizards a été écrit il y a déjà quelques années, le style et la psychologie des personnages, eux, sont très loin d’être poussiéreux ou vieillots, ce qui est bien agréable ! L’auteur a modernisé quelques points de l’intrigue, ce qui fait que nos personnages sont dotés de téléphones mobiles (plus pratiques et moins contraignants que d’antiques Be-bop), ou de baladeurs MP3 (nettement plus maniables que des baladeurs-cassette !).
L’enthousiasme des personnages et le dynamisme de leur quête font rapidement oublier le côté un peu classique du déroulement : au côté de notre duo se trouve un troisième personnage pour le moins original, et dont l’humour caustique assure une grande part de l’humour dont est empreint le récit. Fred (de son petit nom), n’est pas moins attachant que les deux autres personnages, malgré une nature bien particulière.

Alors ce premier tome de Wizards, en somme, réunit tous les ingrédients que l’on attend d’un bon roman jeunesse : les personnages sont touchants et attachants, l’intrigue est bien menée, les péripéties sont souvent audacieuses et prenantes, le style est vif et soigné, et le tout pétillant, plein d’humour et très agréable à lire. C’est bien simple, on en vient à regretter que cette traduction ne se soit pas faite plus tôt ! Voilà un roman qui devrait plaire aux lecteurs de la fameuse génération « Harry Potter », et leur rappeler leurs lectures d’enfance. Voilà encore un roman parfait à proposer à de jeunes lecteurs voulant découvrir une autre aventure de jeunes sorciers, très moderne, et extrêmement différente de celle du jeune héros à la cicatrice. Il n’y a pas à dire : Wizards s’annonce comme une excellente série à suivre !

WizardsL’Initiation, Diane Duane. Lumen éditions, mars 2014.

Par Oihana

A propos Oihana 546 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.